« L’islam embrasse tous les domaines de la vie quotidienne » Rémi Brague Partie I

®Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

On ne peut appliquer à l’islam le concept de religion tel qu’il a été forgé en Occident. Parce que c’est un système d’une tout autre nature. Rémi Brague répond à L'Incorrect. Partie 1. L’islam est-il une religion au sens où on l’entend traditionnellement en Occident ? Sinon, comment le qualifier ? C’est une drôle de question. Pour la plupart des gens, il est évident que l’islam est une religion. Mais à y regarder de plus près, il faut s’apercevoir que l’on peut mettre derrière ce mot des notions extrêmement variées. Pour nous autres chrétiens ou hommes de culture chrétienne, ce que nous appelons une religion, c’est avant tout un credo, c’est-à-dire un ensemble de dogmes et un culte rendu à la divinité. Ce sera éventuellement la prière ainsi que des moments d’ascèse (jeûne, privation de sommeil ou pèlerinage). L’ennui, c’est qu’appliquer ce schéma à l’islam est difficile. On y trouve certes des pratiques de culte (Ramadan, pèlerinage à la Mecque, etc.). On y trouve également la prière, qui est beaucoup plus ritualisée que dans le christianisme. Mais ce qui est central, c’est l’idée selon laquelle toutes les dimensions de la vie humaine doivent être réglées par des commandements divins. Cela commence par la simple confession de foi – ne reconnaître qu’un seul Dieu et se tenir à l’écart de tout ce qui pourrait prétendre au rang divin et qui n’est pas Dieu – et cela va jusqu’aux dimensions les plus banales de la vie quotidienne (se laisser pousser la barbe mais se tailler la moustache, par exemple). Tous ces détails de la vie humaine sont réglés par la loi musulmane. C’est quelque chose que nous avons beaucoup de mal à comprendre dans la culture chrétienne. Nous n’avons que dix commandements – ce qui est déjà beaucoup moins que les 613 commandements du judaïsme orthodoxe. De plus, non seulement ces commandements sont peu nombreux mais leur contenu est aussi extrêmement banal, se référant à des principes de la morale humaine accessibles à tous, au point qu’on peut légitimement se demander si l’on avait vraiment besoin d’une Révélation pour nous les donner. Il est intéressant d’ailleurs de voir que Thomas d’Aquin explique que le Décalogue n’est qu’un aide-mémoire, une manière de rappeler aux hommes des pratiques dont la légitimité devrait être tenue pour évidente. La difficulté avec l’islam, c’est que nous faisons entrer dans un cadre chrétien ou du moins d’origine chrétienne, des phénomènes qui, pour nous, ne relèvent pas de la religion, mais de la culture. C’est le cas, par exemple, du voile : pour une musulmane pieuse, se voiler, c’est obéir à un commandement divin donné à deux reprises dans le Coran tandis que pour nous, il s’agira d’une tradition culturelle. C’est cette difficulté de penser communément le fait religieux qui est à la racine de nombreux problèmes. Lorsque l’État ou un responsable politique affirme accepter l’islam en tant que culte, mais le refuser en tant que culture visant à imposer la charia, (...) À découvrir dans le dernier numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés.
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

Essayiste

bdumoulin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This