Skip to content

Louis Aliot (RN) : « Préparer notre mouvement à gouverner le pays »

Le Rassemblement national continue sa mue. Pour la première fois dans sa longue histoire, le président du parti ne portera pas le nom Le Pen. Louis Aliot affrontera Jordan Bardella. Mais pour quoi faire ?

Partage

© DR

On peine à faire quelque distinction idéologique entre votre candidature et celle de Jordan Bardella. Incarneriez-vous un « RN des champs » contre le « RN des villes » de Bardella ?

Incontestablement, le RN est le parti de la France périphérique. Cette France des oubliés et des laissés-pour-compte de la mondialisation, à Perpignan plus qu’ailleurs je la comprends. Il faut rappeler que l’histoire de France ne se résume pas à l’histoire de l’Île-de-France. En forme de clin d’œil, je vous dirais que les Armagnacs ont davantage fait la France que d’autres. C’est comme dans tout, il faut être équilibré, mais l’implantation locale du RN devra nécessairement en plus de la France rurale et périphérique, repenser son logiciel d’implantation urbaine. Il y a une sociologie électorale RN qui s’impose à nous. Adaptons nos efforts d’implantation en conséquence.

« Il faut rappeler que l’histoire de France ne se résume pas à l’histoire de l’Île-de-France. En forme de clin d’œil, je vous dirais que les Armagnacs ont davantage fait la France que d’autres »


Louis Aliot

Louis Aliot élu, faut-il s’attendre à des changements au sein du RN ?

Il est clair pour moi que Marine Le Pen doit être candidate à l’élection présidentielle de 2027. Le leader naturel de notre mouvement, c’est elle. Dans les circonstances qui s’ouvrent, ou Marine Le Pen laisse la présidence du parti, nous devons faire place à une plus grande collégialité dans les décisions que nous prenons afin de former et implanter avec succès le mouvement partout en France. Nous devons aussi soutenir nos fédérations locales et mieux former nos cadres. C’est un enjeu vital pour nous. Enfin, nous faisons tous partie de la même famille et devons avoir une bienveillance réciproque. Il est évident que je travaillerai en étroite collaboration avec Jordan et ses amis. Quelles que soient nos préférences, nous faisons partie de la même équipe. Il faudra trouver un équilibre dans l’octroi des responsabilités au sein de l’appareil et démontrer a tous notre capacité à dépasser nos différences. Si je gagne, Jordan sera évidemment premier vice-président et ses soutiens intégrés totalement à la future gouvernance. Je le répète : nous ne formons qu’une seule équipe au service de Marine. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest