Skip to content

LR en marche vers Emmanuel Macron

Qui a dit : « Emmanuel Macron est le meilleur président de droite qu’on ait eu depuis un certain temps » ? Lorsque vous le lirez, les bras vous en tomberont des mains. Avant cela, dégustez les vilenies. Appréciez les trahisons. Et rendez grâce à Macron. Si ! Grâce à lui, la droite française a jeté le masque.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
@Capture ecran Youtube

Ne dites pas à Camille Pascal qu’il a rallié la macronie, il s’en offusquerait. Il est juste parti travailler pour un vieil ami, qui, ayant été nommé Premier ministre, s’est avisé que son talent de plume pourrait lui être utile. Par arrêté publié au Journal officiel du 16 septembre, l’auteur d’Ainsi Dieu choisit la France : la véritable histoire de la fille aînée de l’Église (Presses de la Renaissance, 2016), ouvrage dans lequel il entendait « renouer avec le roman national », et lauréat du Grand Prix du roman de l’Académie française 2018 pour L’Été des quatre rois, s’est donc retrouvé nommé conseiller au cabinet du Premier ministre. Un littéraire pour écrire des discours, quoi de plus naturel ? Sauf que Camille Pascal est aussi un peu, beaucoup, énormément un politique. De droite.

Il est même un homme avec « de solides convictions, qui, au regard des critères évangéliques, ne le rangeaient pas précisément dans la catégorie des tièdes ». Dixit… Patrick Buisson, dans La Cause du peuple (Perrin, 2016), se félicitant de l’arrivée de Camille Pascal, « aussi fine plume qu’ardent catholique », à l’Élysée, fin 2010, pour y rédiger les discours les plus importants du président Nicolas Sarkozy, tel celui du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc.

Sarko ne reviendra pas, il est déjà là !

Dans Le Mauvais Génie (Fayard, 2015), Ariane Chemin et Vanessa Schneider assurent que Camille Pascal est vite devenu un précieux « allié » pour Patrick Buisson, « le complice pour contrer l’influence des “mous”, […] Pierre Giacometti ou Franck Louvrier ». Sur ce point, on les croit volontiers, et on ajoutera même qu’il ne faut pas oublier de ranger Henri Guaino au rayon de ceux dont le tandem œuvra à réduire l’influence un peu trop mollassonne et imprégnée de laïcisme républicain à leur goût. Camille Pascal chantait-il la chrétienté ? Guaino usait des ciseaux, avant que Buisson ne tempête pour faire réintégrer le passage… Sarko battu, Camille Pascal, conseiller d’État donc pas franchement dans le besoin pécuniaire qui conduit à écrire dans des journaux dont on regrettera ensuite la fréquentation, a ensuite tenu chronique dans Valeurs actuelles, y exposant des vues qui étaient, parole d’homme de droite, purs délices.

Alors que Jean Castex a composé son gouvernement, Camille Pascal adresse ce mot plein d’esprit à Nicolas Sarkozy : « Je suis quand même étonné que personne ne m’ait dit que vous étiez revenu ! »

« Il ne faut pas y lire quelque chose de politique », ont donc tenté de déminer, selon la formule qui consiste à ne pas citer la source tout en la désignant, les « proches » du Premier ministre lorsqu’il a rejoint le cabinet de Jean Castex. Un peu comme si les « proches » du chef de l’État nous assuraient qu’il ne fallait rien voir de politique dans la nomination à Matignon de celui qui était membre de LR jusqu’à la veille de sa désignation ; rien de politique non plus dans les multiples rencontres entre Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy ; rien de politique dans l’anecdote rapportée par Le Figaro et que l’on ne résiste pas au plaisir de narrer. [...]

La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This