Skip to content

Emmanuel Macron, un saint-simonien du XXIe siècle

S’il est réélu, il pourra commémorer en grande pompe le bicentenaire de sa mort. Étonnant d’ailleurs qu’il ne l’ait pas encore panthéonisé. Qui ça ? Son inspirateur. Celui dans les théories fumeuses duquel il inscrit ses pas. Claude-Henri de Rouvroy, plus connu comme comte de Saint-Simon.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Antoine Moreau Dusault – Éditions du Cerf

Qui est Emmanuel Macron ? Et dans quelle filiation idéologique s’inscrit-il ? Sur le plan politique, on a parlé de Louis-Philippe, qui, avant lui, avait réuni la bourgeoisie de droite et de gauche en un même bloc central. Plus proches de nous, les figures tutélaires de Mendès France, Rocard, Delors ou Strauss-Kahn ont été évoquées. Ou encore celle de Giscard avec son projet de « société libérale avancée », comprenant l’avortement, le divorce, le regroupement familial ou encore l’aventure européenne. Mais s’il est un courant de pensée auquel se rattache le plus le président actuel, c’est sans nul doute le saint-simonisme.

Telle est la thèse que développe magistralement Frédéric Rouvillois dans un ouvrage bien documenté tout juste publié aux éditions du Cerf sous le titre malicieux et évocateur de Liquidation (à comprendre aussi bien dans le sens d’une société liquide, sans fondations ni consistance, que dans le processus lui-même qui consiste à liquider tout ce qui constitue notre héritage anthropologique et civilisationnel). L’auteur y soutient en effet l’enracinement de la pensée macronienne dans la matrice saint-simonienne, de façon quasi inconsciente tant les fondamentaux du saint-simonisme ont été intégrés et digérés par la société post-moderne dont Macron est le héraut. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest