La dernière utopie messianique

Dans son discours prononcé le 26 septembre 2017 à la Sorbonne, « Pour une Europe souveraine, unie, démocratique », Emmanuel Macron esquisse une nouvelle version du grand récit européiste, impliquant un changement d’échelle de la souveraineté.

En célébrant la « souveraineté de l’Europe », il réinvente le mythe d’une « Europe souveraine », et va jusqu’à présenter l’identité européenne comme « notre identité ». L’identité française, condamnée comme archaïque et dangereuse, est diluée dans l’identité fluide et « en mouvement » de l’Europe, nouvel horizon indépassable de notre époque. Plus d’Europe, toujours plus : telle serait la solution de tous les problèmes rencontrés par les vieilles nations. Non sans prendre certaines précautions langagières, le président Macron ouvre la marche vers un État fédéral supranational (…)

Philosophe, politiste et historien des idées

pataguieff@lincorrect.org