Skip to content

Madagascar : un Français injustement accusé d’une tentative de coup d’État

Depuis fin juillet, Philippe François est emprisonné à Madagascar. Les autorités le soupçonnent d'avoir participé à une tentative de coup d’État. Aucune preuve ne semble pourtant le relier à l'opération.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran YouTube

Que s’est-il réellement passé cet été à Madagascar, au point d’agiter la presse internationale pendant plusieurs jours ? Entre fin juillet et début août, avec l’appui des services secrets américains, le gouvernement du président Andry Rajoelina aurait déjoué « un plan d'élimination et de neutralisation des diverses personnalités malgaches dont le chef de l'État ». Très rapidement, la police a procédé à l’arrestation d’une vingtaine de personnes parmi lesquelles deux Français aux profils de vrai-faux barbouzes que tout semble accuser.

Interpellé à l’aéroport international d’Ivato alors qu’il allait embarquer pour la France le 20 juillet dernier, Philippe François a rejoint la prison de Tsiafahy dans l’attente de sa première audience au tribunal. Ancien saint-cyrien au parcours militaire classique, il a fondé la société TsaraFirst avec l’aide de Paul (Maillot)?Rafanoharana, un conseiller du Premier ministre malgache. Pour le procureur général Berthine Razafiarivony qui a pris en charge le dossier, il ne fait aucun doute que ces deux Français sont les têtes pensantes d’un vaste complot visant à renverser le dirigeant malgache avec l’aide de mercenaires, un « groupe de quinze commandos, familiers d’actions militaires à visée de déstabilisation en Afrique, et encadrés?par des officiers supérieurs?malgaches », écrit le mensuel Jeune Afrique. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest