Skip to content

Mais Zemmour, pourquoi sauver l’école ?

Invité sur BFM TV, le candidat Éric Zemmour a présenté sa conception de l'éducation, et a donné quelques indications sur son programme dont les conséquences sont claires : à défaut de refaire des Français, son école ne sera qu’un instrument de renforcement de l’État.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran YouTube

Pour justifier son projet de « révolution conservatrice » de l’école, avec « sanctuarisation » et rétablissement de « l’autorité, de l’excellence et de la blouse pour supprimer les inégalités sociales », Zemmour s’autorise de Hannah Arendt, qui aurait dit que « chaque nouvelle génération d’enfants qui naît est une génération de barbares que les adultes doivent civiliser ». C’est déformer d’une façon cavalière le propos de La Crise de l’éducation, et flatter implicitement des adultes qui ne se croyaient pas si « civilisés ». Arendt avertit au début de son essai qu’« une crise ne devient catastrophique que si nous y répondons par des idées toutes faites, c'est-à-dire par des préjugés ». Or, c’est précisément ce que fait Éric Zemmour.

Pour Arendt, l’autorité des adultes n’est pas si naturelle, elle fait fond sur une conception globale que la société romaine a défendue le plus purement, à savoir que l’adulte qui éduque l’enfant le place dans une tradition, l’introduit dans un monde dont il prend la responsabilité. Or, explique Arendt, « [dans le monde moderne] l'autorité a été abolie par les adultes et cela ne peut que signifier une chose : que les adultes refusent d'assumer la responsabilité du monde dans lequel ils ont placé les enfants ». [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest