Skip to content

Matthieu Falcone : collisions en France périphérique

Après un premier roman remarqué, Un bon Samaritain, qui mettait en scène un intellectuel réactionnaire accueillant des migrants chez lui pour prendre au mot ses amis progressistes, notre collaborateur et ami Matthieu Falcone revient avec Campagne et un autre choc culturel : néo-ruraux contre vieux paysans, ou quand les nouveaux arrivés décident d’organiser une grande fête inclusive au milieu des enracinés. Sa satire aux reliefs poétiques et amers met en scène avec brio un village isolé de cette France médiatiquement invisible qui, depuis quelques années, resurgit au sein de notre littérature. On a passé un coup de fil à l’auteur.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

Allo ? Matthieu ?

– Oui !

Je n’arrivais pas te joindre... Déjà à l’apéro ?

-Non, non, j’étais en « communication » comme on dit

Il faudrait qu’on présente ton bouquin aux lecteurs de L’Inco...

- Allons-y !

Excellente, ta scène d’ouverture, avec ce slam citoyen imposé aux paysans qu’on empêche de picoler tranquille ! En fait, aujourd’hui, la propagande est partout, c’est un peu ce que tu dis : dans le moindre sketch et jusqu’au thème du carnaval annuel au fin fond de nos campagnes.

– Toute expression culturelle officielle devient un vecteur de propagande, oui. Cela étant, il reste deux types de campagnes en France. Celle qui n’a toujours pas bougé depuis un siècle et où la vie est particulièrement rude, et celle où des saltimbanques fumeurs de haschich récemment débarqués assurent (souvent à leur corps défendant) la propagande officielle. On a aussi des citadins qui viennent y fabriquer leur petit Marais local. Avec l’épisode Covid, c’est un mouvement qui ne cesse de croître.

Je crois que c’est l’hypocrisie qui m’énerve. On ne devient pas paysan en trois mois parce qu’on a acheté un lopin de terre

Tu déploies une belle galerie de caractères aussi divers que bien frappés, mais dis-moi : c’est dans le village où tu as vécu une dizaine d’années que tu as puisé l’inspiration ?

– Pour partie oui, j’ai réalisé des synthèses des personnes que j’ai pu y côtoyer, parfois en accentuant le trait bien sûr, d’autres fois en l’atténuant. Robert, le narrateur, en revanche, est plutôt une projection de moi-même qui ferait preuve de davantage de compassion que ce dont je suis d’ordinaire capable. Il observe et tente de trier le bon grain de l’ivraie, notamment dans ce qu’il y a de recevable dans les critiques contemporaines.[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest