Skip to content

[Essais] Max Chaleil contre le politiquement correct

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Éditions de Paris

Macron et son entourage subissent les foudres de l’essayiste. Outre le Président, c’est Gérard Collomb, premier ministre de l’Intérieur du premier quinquennat du petit prince dont l’auteur propose un portrait peu reluisant, le tenant pour coupable de collaboration avec l’islamisme, le non-droit et l’anti-républicanisme. L’exemple du traitement des fichés S est criant pour l’auteur : en effet, l’ancien maire de Lyon a poursuivi une politique de fichage sans surveillance annihilant toutes possibilités d’un traitement franc du problème. Chaleil considère également le quinquennat Macron entaché par le traitement « totalitaire » des Gilets jaunes. Le journaliste livre également une juste analyse de l’affaire Théo.

Un portrait des complices

Dans la galaxie macronisante, un acteur est central pour l’auteur : le monde médiatique. Pour lui, les médias importants ont systématiquement appuyé les décisions du président, les rendant complices de son système machiavélique. Son constat reste tout de même simpliste qui considère que le système médiatique entier aurait été complaisant avec le président. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest