Skip to content

McFly et Carlito : Inoffensifs et primaires

Le progrès technique n’a rien de monolithique, rien, non plus, d’unilatéral. Il entraîne l’accroissement exponentiel d’une dimension particulière de notre rapport au monde. Ce peut être la vitesse, la force de production, la rapidité et la masse des échanges, l’altitude, la navigation dans de nouveaux espaces, la puissance destructrice… Pensons à la voiture, au marteau-piqueur, à internet, à la fusée, au sous-marin ou au missile nucléaire. Mais parfois, il faut bien le reconnaître, le progrès technique ne démultiplie que la connerie. Exemple : Carlito et Mc Fly.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Michel Lafon
À la fin du XXe siècle, les révolutions qu’entraînait la technique allaient plutôt dans le sens du perfectionnement. Les moteurs des voitures multipliaient les chevaux, les compacts-discs amélioraient la pureté du son, les avions de tourisme pouvaient se faire supersoniques, l’interlocuteur au téléphone se faisait plus proche. Mais voilà que depuis le tournant du millénaire, les évolutions technologiques ont pris un tour démocratique. Les voitures n’ont pas accéléré davantage, mais n’importe qui a pu s’offrir un chauffeur privé. La musique a été diffusée par flux infinis mais avec un son étriqué. Le moindre étudiant fauché a pu se faire aéroporter pour vomir à Barcelone, mais dans des appareils moins confortables que ceux qui autrefois sillonnaient le ciel. Et si tout le monde devint joignable à chaque instant, ce fut sur des lignes parasitées qui rendaient même notre voisin fantomatique. La massification de l’accès, la médiocrité du résultat, voilà l’équation qu’articula la dernière vague de progrès technique.
La suite est réservée aux abonnée. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This