Médine, Cantat, la censure et moi

© Benjamin de Diesbach

Tournée avortée de Bertrand Cantat suite aux pressions, scandale de la venue de Médine au Bataclan, restriction progressive de la liberté d’expression en France : Patrick Eudeline, homme-panthère et gourou rock, évoque ces questions brûlantes pour L’Incorrect d’une manière aussi subtile que directe.

Je n’ai jamais pu supporter Bertrand Cantat, quant à Médine, je vous laisse supposer. Mais tout cela laisse un arrière-goût amer, un mauvais goût dans la bouche. Un goût de censure et d’interdit. Salles qui se retirent, procès imputés à des écrivains, comiques poursuivis, loi anti-fake news à l’horizon qui propose ni plus ni moins que de faire plier Internet de gré ou de force, la liste est longue et l’atmosphère délétère. On a envie de conclure comme le fort rock-and-roll Chateaubriand : « Les excès de la liberté mènent au despotisme; mais les excès de la tyrannie ne mènent qu’à la tyrannie ».

Mais on ne peut confondre le destin de Cantat avec l’« affaire Médine ». Ce que […]

Suite à lire dans le nouveau numéro ou en ligne pour les abonnés.

Journaliste et écrivain

peudeline@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This