Skip to content

Meghan Markle, l’exemple à ne pas suivre

Au-delà de ses fautes de goûts, c’est surtout son manque de tact et ses incohérences affichées avec dédain qui font d’elle une anti-princesse; incorrecte au mauvais sens du terme.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© La fine équipe

Dieu merci, la mentalité des boomers vit ses derniers jours. Cette mentalité faussement bienveillante de pieds sur la table, de tutoiement intempestif et de cravate mal ajustée exprès a fait son temps. Au lieu d’avoir la décence de crever en silence avec toutes les modes idiotes qui ne survivent pas à la génération qui les a vues naître, elle produit des rejetons venus des enfers du mauvais goût pour nous inciter à l’achever le plus promptement possible. Nos voisins d’outre-Manche subissent les outrages d’une de ces créatures abyssales dans ce qui fut autrefois le parangon du chic à l’anglaise : Buckingham Palace.

Sans gêne

La maison royale des Windsor ne sait plus quoi faire pour nettoyer la honte tartinée par couches entières sur la façade du palais. Meghan Markle, la roturière divorcée ayant acheté son pass VIP grâce à une promotion canapé expéditive, n’y va pas avec le dos de la truelle. Dans la vie comme avec sa trousse makeup. Dès le début, ça part mal. Non pas parce qu’il s’agit d’une roturière. Kate Middleton a reçu un accueil enthousiaste en sachant conquérir le cœur de ses futurs sujets. Mais là où la douce Kate s’est pliée à l’exigeante étiquette de la famille, Meghan importe, toute honte bue, les frasques hollywoodiennes dans le Saint des Saints. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest