Jean-Luc Coronel de Boissezon : « Nous sommes offerts en boucs émissaires par un gouvernement acculé à donner des gages à ses plus violents opposants »

Jean-Luc Coronel de Boissezon @DR

Au mois de février débutait un mouvement de contestation contre la « nouvelle loi d’accès aux études universitaires », rejetée par les principaux groupes de gauche au Parlement national. Depuis lors, certaines facultés sont occupées par des protestataires, au mépris d’étudiants qui aimeraient parfois pouvoir suivre normalement leur année universitaire. À Montpellier, le blocage de l’université Paul Valéry dure depuis près de 45 jours, sans que la préfecture n’ait décidé d’évacuer les manifestants. Rencontre avec Jean-Luc Coronel de Boissezon, professeur d’histoire du droit à l’Université de Montpellier, accusé d’avoir laissé se dérouler une action punitive contre des activistes violents.

 

Propos recueillis par Gabriel Robin.

 

Monsieur le professeur, vous avez accepté de répondre à nos questions. Pouvez-vous nous aider à y voir plus clair sur les événements qui ont eu cours à la faculté de droit de Montpellier ? Depuis combien de temps l’établissement est-il pris en otage par des « bloqueurs » ?



Tout a commencé par la très imprudente autorisation, manifestement imposée à notre doyen Philippe Pétel par sa hiérarchie, de ce qui lui avait été présenté comme une « réunion d’information » dans l’enceinte de notre faculté, organisée par quelques collègues syndiqués FSU de la Faculté des Sciences (ex-Université de Montpellier 2), qui appartient comme la Faculté de Droit (ex-Université Montpellier 1) à ce qui est désormais, depuis leur « fusion », l’Université de Montpellier.

Manifestation des bloqueurs évacués, le 25 mars à Montpellier @DR

En fait, la FSU locale avait, de son côté, annoncé la veille dans un communiqué passé relativement inaperçu qu’elle organiserait une « Assemblée Générale étudiants et personnels de l’Université de Montpellier sur le site de la faculté de droit ». Il y eut donc malentendu, sinon manœuvre, dès le départ ; tardivement informé de cela, notre doyen a demandé à des membres du corps enseignant d’être présents pour prendre la mesure de ce qui pourrait se passer. La réunion eut lieu à 18h dans un amphi du bâtiment 2. Dès l’arrivée, nous avons tous pu constater qu’il était empli d’une large majorité d’individus complètement extérieurs. Le caractère par suite illégitime de cette « AG » a été dénoncé par nos étudiants, minoritaires mais ayant si abondamment pris la parole pour s’opposer à tout blocage que l’AG n’a pas osé le proposer, peut-être eu égard également à la présence d’un certain nombre de professeurs. En outre, nos étudiants ont réussi à faire adopter le principe d’un vote électronique et non à main levée à l’avenir, ce qui bien évidemment invalidait toute future tentative comparable à celle de ce soir-là.    

Tout a commencé par la très imprudente autorisation, manifestement imposée à notre doyen Philippe Pétel par sa hiérarchie, de ce qui lui avait été présenté comme une « réunion d’information » dans l’enceinte de notre faculté, organisée par quelques collègues syndiqués FSU.

Néanmoins, le lendemain jeudi 22 mars, journée de manifestation où quelque 4 500 personnes défilèrent à Montpellier, une imprudence plus grave encore a été commise, celle d’imposer à notre doyen une seconde « réunion d’information » à l’issue du défilé, cette fois dans l’enceinte principale de la faculté, le bâtiment 1. Un groupe de syndicalistes quarantenaires, d’étudiants en Lettres et d’activistes, quasiment tous extérieurs à la fac cette fois encore, s’y sont installés vers 14h. En fin d’après-midi, ils ont unilatéralement décidé de voter l’occupation de l’amphi jusqu’au lendemain matin.

 

La presse n’a pas indiqué qui étaient les personnes à l’origine du blocage. Des étudiants de la faculté de droit ? Des personnes venues de l’extérieur ?

 

Il s’agissait de personnes non seulement extérieures à la Faculté de Droit, mais même à l’Université de Montpellier, puisqu’il s’agissait d’étudiants issus de la Faculté des Lettres (Université Montpellier 3, dite Paul-Valéry, non fusionnée avec les deux autres et située à 2,5 km de la nôtre), encadrés par des représentants du syndicat d’extrême gauche « Solidaires Etudiant.e.s » dont trois membres tenaient seuls la tribune – en dehors de toute représentativité et de toute légitimité – ainsi que d’éléments extérieurs au monde universitaire tout court, des activistes politiques connus dans Montpellier, comme M. Jules Panetier, animateur du site d’ultra-gauche « Le Poing », déjà condamné à de la prison ferme en juillet 2016 et placé ultérieurement sous contrôle judiciaire, qui était présent dans l’amphi du mercredi soir et y a pris la parole pour dénoncer violemment « les bourgeois » qu’étaient selon lui les étudiants en droit.

 

Lire aussi : Thibault de Montbrial « On a perdu le sens de ce qui nous unit »

 

La page Facebook de l’événement intitulé « Occupation de la fac de droit et sciences politiques », créée par les bloqueurs le jour-même, a publiquement pour « organisateur » la page « Le Royal Occupé ». Cette dernière fait référence à l’occupation illégale, par les mêmes personnes que celles qui ont constitué le noyau dur des bloqueurs, d’un cinéma montpelliérain, Le Royal, squatté par force en plein centre-ville pendant neuf mois entre 2016 et 2017, lequel avait été dégradé, couvert de tags, et était devenu un lieu de marginalité ; un viol y avait été commis en février 2017, précipitant la fin du squat.

 

Que s’est-il passé durant le blocage ? Des rumeurs font état de violences, d’agressions ayant visé des étudiants qui entendaient pouvoir continuer à étudier, ou bien encore de faits de vandalisme. Vous confirmez ?   

 

Il s’agissait bel et bien, en effet, d’une occupation illégale et par la force. Vers 16h, comme on le voit sur une vidéo de France-Info, des bloqueurs montent sur la chaire de l’amphithéâtre, puis sur le bureau lui-même, sur lequel ils sautent en hurlant : « Et la Fac elle est à qui ? Elle est à nous ! ». Ils ont fait adopter à main levée la « reconstruction visuelle » (sic) de la Faculté, c’est-à-dire notamment sa dégradation par des tags, sur le modèle du « Royal Occupé ».

Le professeur Coronel de Boissezon faisant visiter le cloître de la Faculté de Droit @DR

C’est un aspect particulièrement grave, car notre établissement est sis dans l’ancien couvent des Visitandines, un patrimoine architectural exceptionnel datant du début du XVIIe siècle, dont un cloître remarquable ; j’y suis particulièrement sensible, étant chargé depuis plusieurs années des visites de la Faculté lors des Journées du Patrimoine. De même l’« AG » illégitime a voté, je cite encore, « l’occupation totale de la Fac », c’est-à-dire la prise par force de l’ensemble de nos bâtiments. Pendant toute la soirée du 22 mars, sur les réseaux sociaux, les différents groupements d’extrême gauche montpelliérains ont appelé à converger vers la faculté pour renforcer les effectifs des bloqueurs et étendre l’occupation.

Tout n’a été qu’intimidations, insultes, puis finalement coups. Le doyen qui essayait de prendre la parole a vu le micro lui être arraché ; des étudiantes en droit qui protestaient ont été victimes d’attouchements sexuels ; plusieurs étudiants ont reçu des insultes et des crachats ; des chargés de T.D. ont été pris à partie et molestés.

A partir de là, tout n’a été qu’intimidations, insultes, puis finalement coups. Le doyen qui essayait de prendre la parole a vu le micro lui être arraché ; des étudiantes en droit qui protestaient ont été victimes d’attouchements sexuels ; plusieurs étudiants ont reçu des insultes et des crachats ; des chargés de T.D. ont été pris à partie et molestés ; enfin plus tard dans la soirée c’est l’un de mes collègues, le professeur François Vialla, qui a été frappé au visage et a eu la lèvre inférieure ouverte.

 
Dans une vidéo diffusée sur internet, par les occupants eux-mêmes, on peut voir des jeunes filles agiter des tampons usagés et des serviettes hygiéniques pleines du sang des menstruations, sous le nez du doyen Philippe Pétel. Des actes habituels ?

 

Cette scène est particulièrement représentative des humiliations endurées par le doyen Pétel pendant des heures. Les jeunes femmes en question lui reprochaient d’avoir fait fermer les toilettes, dans le but de favoriser leur départ. Certaines d’entre elles ont fini par jeter sur lui ces serviettes hygiéniques et tampons maculés. Pendant ce temps, certains bloqueurs urinaient dans des bouteilles en plastique et les apportaient au doyen ; d’autres les ont utilisées pour asperger d’urine des étudiants juristes. 

 
Vous êtes la cible d’une virulente campagne de presse, semble-t-il orchestrée par des activistes.  Avez-vous la sensation d’être victime d’une forme de harcèlement médiatique ? Qui est à la manœuvre ?  

 

Cette campagne de presse calomnieuse est emblématique de la fin dramatique de la déontologie journalistique, déjà constatée depuis plusieurs décennies dans notre pays. Dans cette affaire, des images de téléphone portable fournies par des bloqueurs, unanimement engagés à l’extrême gauche, ont été relayés par des organes et des journalistes de même orientation politique, puis finalement repris de façon grégaire par les médias grand public, sans aucune prise de distance et aboutissant à une hystérie collective, qui restera comme l’un des moments les plus orwelliens de l’histoire de la presse française.

Cette campagne de presse calomnieuse est emblématique de la fin dramatique de la déontologie journalistique, déjà constatée depuis plusieurs décennies dans notre pays.

Comme dans l’œuvre  d’Orwell, « 1984 », ont été ainsi mises en place « les deux minutes de la haine », cette projection quotidienne, sur des écrans obligatoires, du visage d’un ennemi fantasmatique chargé de tous les maux et désigné à la vindicte des masses. Il y eut une première « minute de la haine » contre le doyen Pétel, puis une seconde contre moi. Presque aucun journaliste ne s’est déplacé. Ceux qui l’ont fait ont opportunément supprimé au montage les témoignages adverses, spécialement ceux de nos étudiants.

Bienheureusement, le travail de réinformation commence, grâce à de courageux médias indépendants locaux et nationaux, ainsi qu’à quelques très rares journalistes de la grande presse qui sortent enfin de la sidération orchestrée. Savoir qui est à la manœuvre n’est guère difficile. Il s’est agi dans un premier temps des différentes organisations d’extrême gauche et de gauche, occupées à entraver par des rapports de force parfois violents la réforme de l’Université proposée à juste titre par M. le ministre Blanquer. Les autorités de l’Etat ont su raison garder dans les premiers jours ; mais, après la multiplication des foyers de contestation exprimée par des mouvements sociaux – chez les cheminots, les avocats, les magistrats, les greffiers, les personnels d’Air France ou encore les éboueurs – le gouvernement a paniqué et résolu d’éteindre au moins l’un des incendies, celui du mouvement étudiant ayant utilisé l’épisode montpelliérain pour se radicaliser.

Comme dans l’œuvre  d’Orwell, « 1984 », ont été ainsi mises en place « les deux minutes de la haine », cette projection quotidienne, sur des écrans obligatoires, du visage d’un ennemi fantasmatique chargé de tous les maux et désigné à la vindicte des masses.

Deux victimes expiatoires ont été alors brutalement sacrifiées à cette fin, par la suspension et la mise en examen : le doyen Pétel et moi-même. Nous sommes offerts en boucs émissaires par un gouvernement acculé à donner des gages à ses plus violents opposants. Il n’est pas moins évident que notre mise au pilori permet d’évacuer la question de la responsabilité du préfet de l’Hérault, qui a refusé de faire intervenir les forces de l’ordre, dont le doyen Pétel n’avait cessé de demander instamment l’intervention tout au long de la soirée.

 

Il se dit que vous avez été, à plusieurs reprises, désigné comme l’un des professeurs les plus aimés de la faculté de droit de Montpellier. Quel est le ressenti des étudiants après ces tristes événements ? 

 

Je dois commencer par vous répondre que c’est pareillement le cas du doyen Pétel, qui est une sommité du monde juridique universitaire, l’un des plus savants et des plus fins juristes de notre faculté, un homme faisant l’objet d’un immense respect en France comme à l’étranger.

Nous sommes offerts en boucs émissaires par un gouvernement acculé à donner des gages à ses plus violents opposants.

Les attaques abjectes dont il a été l’objet sont un scandale quand elles viennent des médias, et un déshonneur quand elle viennent de rarissimes collègues consumés par le ressentiment ou les ambitions torses. Sur un plan bien plus modestement estudiantin, en ce qui me concerne, c’est à l’occasion de nos galas annuels – où c’est au tour de nos étudiants de décerner des « diplômes » à leurs professeurs – que les étudiants ont bien voulu m’honorer, dès la première année de ma prise de fonction et pendant sept années consécutives jusqu’à aujourd’hui, des titres de « Professeur le plus charismatique » ou « le plus passionnant » ou encore « le plus sympathique ». Je les en remercie et espère qu’ils observent avec toute la distance critique dont je les sais coutumiers les attaques orchestrées contre moi.    

Manifestation anti-blocage du 26 mars @DR

Je crois qu’un grand nombre de nos étudiants sont frustrés par la monopolisation de la parole médiatique. Beaucoup se sont plaints d’avoir longuement répondu aux rares journalistes ayant fait le déplacement, mais pour voir leurs témoignages disparaître entièrement au montage ! Les étudiants ont dû s’organiser de leur côté pour faire entendre leur parole sur les réseaux sociaux (voir notamment leurs pages Facebook « Rassemblement contre le blocage de la faculté de Droit&SciencePo » et « Rendez-nous notre fac »), avant d’organiser une manifestation hostile à toute perspective de blocage, qui a eu lieu lundi 26 mars, rassemblant plusieurs centaines d’étudiants.

 

Les militants de gauche accusent régulièrement les étudiants en droit d’être des « fachos », un mot qui revient dans les slogans. Pourtant, la faculté de droit est une faculté publique, fréquentée par des étudiants issus de l’ensemble des catégories sociales du pays. Au fond, ne leur en veut-on pas de se destiner aux professions du droit, c’est-à-dire de l’ordre ?

 

Votre observation sociologique est très juste. Qu’il y ait dans notre faculté tous les milieux sociaux, c’est ce qui est clairement ressorti des prises de parole de nos étudiants, pourtant en minorité, lors de la première « AG » organisée par les bloqueurs le mercredi 21 mars. Aux étudiants de la Faculté des Lettres, qui tenaient des discours sur la nécessité de l’absence totale de sélection et sur celle de « désembourgeoiser » l’université – qui selon eux ne devrait pas mener à un métier mais à une sorte de fête intellectuelle gratuite -, les jeunes juristes ont répondu que beaucoup d’entre eux étaient les vrais fils d’ouvriers et de petits employés, et que c’était pour cela même qu’ils voulaient une fac leur apprenant un métier et susceptible de leur offrir ainsi un « ascenseur social » de qualité.

Le profil sociologique de la majorité des étudiants anarcho-libertaires à la manœuvre est celui d’enfants de la moyenne et grande bourgeoisie.

Il semble ne leur avoir pas échappé que le profil sociologique de la majorité des étudiants anarcho-libertaires à la manœuvre est celui d’enfants de la moyenne et grande bourgeoisie. C’est la même inversion que l’on constate s’agissant du « fascisme ». Nombre d’occupants de notre Faculté ont eu immédiatement ce qualificatif à la bouche envers toute personne qui contestait leurs vues, tant mercredi soir que dans toute la soirée du jeudi. On l’entend dans les différentes vidéos qui circulent. La vérité est malheureusement que les méthodes du fascisme sont celles des militants pro-blocage les plus extrémistes, adeptes du visage masqué – capuche et foulard, ou cagoule – et armés de bâtons qui ne sont pas toujours des supports de banderoles.

Ces éléments font régner un climat violent à la Faculté des Lettres, insultant et parfois frappant des étudiants qui s’en sont plaints auprès de la presse locale. Un certain nombre de ces individus étaient présents le 22 mars à l’intérieur comme à l’extérieur de la Faculté de Droit, comme en témoignent plusieurs vidéos. Dans les sacs à dos de certains occupants laissés dans l’amphi évacué, ont été retrouvés des cagoules et des armes, confiées à la police.

 

Lire aussi : Police, justice, prisons, que faire ?

 

Le paradoxe est que si l’on parle évidemment, à propos du petit groupe de personnes qui sont intervenues avec le visage couvert pour faire fuir les occupants, d’intrusion illégale dans un établissement d’enseignement, on n’en parle curieusement pas s’agissant des bloqueurs qui ont provoqué ce désordre particulièrement dangereux, qui eût risqué de se conclure, s’il s’était prolongé, par un tout autre bilan que celui de trois occupants très légèrement blessés. Pourtant, le délit d’intrusion dans un établissement scolaire dont se sont rendus coupables les occupants, en tant qu’éléments extérieurs, est puni, aux termes des articles 431-22 et 431-23 du Code pénal, d’un an de prison et 7 500 € d’amende, et de 3 ans et 45 000 € en réunion, sans même mentionner les dégradations, injures et violences ayant accompagné cette occupation et constituant des délits supplémentaires.

Il est donc temps que prenne fin l’occultation de ces faits, en attendant que, prenant la suite du hâtif tribunal médiatique, les membres des instances chargées des suites de cette affaire, à savoir les professeurs des universités et les magistrats, puissent témoigner de toute l’indépendance qui caractérise leur statut et honore leurs traditions.

.

grobin@lincorrect.org