Skip to content

Olivier Marchal : toujours en noir

Trois ans après Carbone, Olivier Marchal fait son retour mais pas au cinéma. Prévu dans les salles obscures en mai dernier, Bronx est finalement sorti sur Netflix. Pour son sixième film, le créateur de Braquo revient à ce qu’il préfère : les histoires de flics, noires, bien noires.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Copyright Mika Cotellon
Il est touchant, Olivier Marchal : l’ex flic n’a pas oublié son ancienne vie ni ses anciens collègues, et, depuis Gangsters, le réalisateur français ne cesse de parler d’eux, de leurs souffrances et de leur mal-être. Avec ses cernes en accordéon, sa trogne porte encore toutes les cicatrices du passé, de ces blessures récoltées en se confrontant aux abysses de l’âme humaine et il sait mieux que quiconque, comment, chez le flic comme chez le voyou, le bien et le mal joutent toujours. La nuit, seul à son bureau, il couche sur papier leurs histoires, espérant ainsi sauver leurs âmes et éloigner ses démons. Alors il convoque à la fois ses souvenirs et les grands maîtres qu’il admire, puisque son cinéma pullule de références, de Melville à Michael Mann, et qu’il ambitionne, depuis ses débuts, de s’inscrire dans cette lignée en pratiquant du polar qui s’assume : un genre brutal et réaliste. Ses « poulets » évoluent toujours sur une ligne de crête à la frontière morale ténue que les vapeurs de gnoles bon marché et de clope tiède floutent encore davantage. Mal rasés, les cheveux cradingues et le cuir qui grince, ils...
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest