Skip to content

Orban contre la déferlante progressiste

Hier les militants LGBT protestaient dans toute l'Allemagne contre le Premier ministre hongrois Viktor Orban, et l'un deux s'introduisait dans le stade munichois au début du match Allemagne-Hongrie. Face à la déferlante progressiste, Orban ne semble pas faiblir.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Un militant LGBT s’est introduit sur la pelouse du stade de Munich au début du match entre la Hongrie et l’Allemagne, pour brandir le drapeau arc-en-ciel face à l’équipe hongroise. La ville de Munich avait prévu de colorer son stade aux couleurs du même drapeau en signe de protestation contre la politique conservatrice et prétendument homophobe de Viktor Orban. Il avait en conséquence refusé de se déplacer pour l’occasion malgré sa passion pour le football. L’UEFA, organisateur du tournoi, a finalement décidé d’annuler l’initiative, invoquant la neutralité politique et religieuse de la compétition. Décision qui a suscité une vague de critiques, et qui a entraîné cet acte militant. Aussi, le drapeau arc-en-ciel décorait hier l’Allemagne en plusieurs endroits – le musée juif de Munich, les stades de plusieurs villes, le compte Twitter de la police de la ville, des locomotives de la société de chemins de fer locale, et certaines entreprises comme Volkswagen et BMW, qui ont sauté sur l’occasion pour faire du pinkwashing.

En France, Clément Beaune, secrétaire d’État aux affaires européennes, a qualifié ce refus de « décision politique ». Mieux encore, la jadis conservatrice Valérie Pécresse, invitée sur France Info ce matin, a déclaré : « Aujourd’hui, ce que fait monsieur Orban vis-à-vis des Hongrois homosexuels est inacceptable ». De son côté, le ministre des Affaires étrangères hongrois s’est dit rassuré : « Dieu merci, les dirigeants du football européen ont fait preuve de bon sens ».

Lire aussi : Enquête : Maître Étienne Deshoulières, avocat LGBTQIA+

Mais quelle est la politique du Premier ministre qui est à ce point décriée ? La Hongrie a adopté le 15 juin dernier, à 157 voix contre une, un texte de loi qui « interdit la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs ». « La pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». L’objectif est de « protéger les droits des enfants ». Si l’on n’est pas encore certain du périmètre d’application du texte, sont dans le viseur les programmes télévisés, publicités et livres pour enfants remaniés pour « dédramatiser l’homosexualité ». Question d’éducation donc, et de perpétuation d’une norme sociale.

Face aux nombreuses contestations, en particulier de ses homologues européens dont Emmanuel Macron, Orban a rappelé que cette loi ne concernait pas les homosexuels mais « la façon dont les parents veulent faire l’éducation sexuelle de leurs enfants », et qu’il « défend les droits des homosexuels ». Le texte en lui-même est relativement ambigu, certainement pour essayer de passer à travers le filet de la Commission européenne. Cette dernière a tout de même engagé la procédure prévue par l’article 7 du traité de l’UE pour violation présumée de l’État de droit. Sa présidente, Ursula Von Der Leyen, avait réagi : « Ce projet de loi hongrois est une honte. Il discrimine sur la base de l’orientation sexuelle et s’oppose aux valeurs fondamentales de l’UE. On ne fera pas de compromis ».

En 2020, la Cour de justice européenne avait déjà condamné la Hongrie à trois reprises pour sa politique migratoire restrictive. Il ne fait pas bon défendre son peuple

Des milliers de manifestants étaient descendus dans les rues pour dénoncer la « cruelle campagne politique » du pouvoir. Le texte s’inscrivait dans une série de lois visant à lutter contre la pédophilie, un « amalgame » dénoncé par les militants. En décembre, le gouvernement avait interdit l’adoption par des couples homosexuels et inscrit la notion traditionnelle de la famille et du « genre » dans la Constitution. Le texte ajoutait : « L’éducation est assurée conformément aux valeurs fondées sur l’identité constitutionnelle et la culture chrétienne de la Hongrie ». « C’est un jour sombre pour les LGBT et un jour sombre pour les droits humains » larmoyait Amnesty International.

Orban a retiré dans la foulée les accréditations des études de genre. Une ambition conservatrice, ou « illibérale », que le Premier ministre hongrois affiche depuis le début de son mandat – en 2018, il entamait une politique familiale ambitieuse, subventionnant les familles d’au moins trois enfants, lui-même montrant l’exemple avec ses cinq enfants. Des choix qui provoquent un bras de fer avec Bruxelles depuis longtemps, sa Charte des droits fondamentaux interdisant « toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ». En 2020, la Cour de justice européenne avait déjà condamné la Hongrie à trois reprises pour sa politique migratoire restrictive. Il ne fait pas bon défendre son peuple quand on est dans l’UE. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré jeudi « La Hongrie n’a plus rien à faire dans l’UE ». Nous n’aurions pas dit mieux.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest