Skip to content

Penser, c’est rendre grâce de Pierre Magnard : notre critique

Pierre Magnard fait paraître aux éditions Le Centurion un nouvel ouvrage - Penser, c'est rendre grâce -, qui retrace son itinéraire intellectuel. Pour désabriter la vérité !

Partage

© Le Centurion

Ce petit livre se présente comme le récit d’un itinéraire intellectuel mais, comme l’indique Chantal Delsol en préface, il est bien plus : la peinture d’une âme. Pierre Magnard est un homme en porte-à-faux de son époque. Né au Maroc, amoureux de la France, il découvrit adolescent un pays en plein reniement. De même, hanté par la question du sens à l’ère du nihilisme triomphant, il fut, avec Jean-François Mattei, Pierre Boutang et quelques autres, un adversaire radical de ce nihilisme sophistiqué porté par Deleuze, Bourdieu, Foucault et Derrida qu’il eut pour condisciples ou collègues. Ce récit est aussi celui de grandes rencontres : celles de Jean Beaufret, son professeur de philosophie à Henri IV, de Heidegger, Plotin, Montaigne, de Pascal enfin à qui il consacra un maître ouvrage.

Lire aussi : Le couteau entre les dents ! [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest