Skip to content

Piège pour Cendrillon : notre critique

Adapté d’un polar de Sébastien Japrisot et sorti en 1965, Piège pour Cendrillon suit le parcours de la jeune Michèle, amnésique, et dresse un portrait pessimiste de la France des années 1960. Une sorte de Giallo à la française.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Gaumont International / Jolly Film
Occultée par la toute-puissante Nouvelle Vague, l’œuvre d’André Cayatte est pourtant protéiforme et riche en curiosités, parmi lesquelles on trouve Piège pour Cendrillon, cet étrange film obsessionnel et vénéneux adapté d’un polar de Sébastien Japrisot et sorti en 1965, qui a tous les atours d’une sorte de giallo à la française : une riche héritière amnésique, une gouvernante possessive et sadique, et une atmosphère de film noir qui s’autorise de nombreuses incises érotiques ou fantastiques, dans un noir et blanc magnifique qui évoquerait presque certains classiques de Mario Bava. [...]
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This