Skip to content

Pier Paolo Pasolini : poète maudit 

On fête cette année le centième anniversaire de la naissance de Pasolini dans le silence assourdissant des médias. Pourtant, le cinéaste et poète italien n’a sans doute jamais été aussi actuel, comme le rappelle René de Ceccatty dans un livre-somme qui compile articles de presse et conférences. Un indispensable hommage.

Partage

© Le Rocher

Une rétrospective timide dans une poignée de salles parisiennes, quelques rééditions de monographies : le centenaire du cinéaste et poète Pier Paolo Pasolini n’aura pas été à la mesure du génie transalpin. Cette compilation de textes raisonnés et réunis par son grand spécialiste français, le romancier René de Ceccatty, nous le rappelle si besoin était : Pasolini est un géant à la mesure de Dante. Davantage que devant un réalisateur, on est devant un « poète qui avait choisi de s’exprimer à travers le cinéma », celui-ci étant vu comme un médium au sens propre : un déclencheur de vérité. Or notre époque délibérément veule n’aime que les âmes minuscules aisément étiquetables. Ce n’est pas trop le cas de Pasolini, imaginez un peu : voilà un homosexuel qui détestait sa condition, un communiste de la première heure qui n’avait que mépris pour les évènements de 68 et qui se disait résolument contre l’avortement tout en louant la tradition et les Évangiles... Aujourd’hui, scruté par le prisme imbécile de la néo-gauche sociétale, il serait assurément taxé de réactionnaire – voire pire. 

Pour Pasolini, la poésie consistait à tenir le discours de la vérité en retrouvant un langage liminaire, débarrassé de ses affèteries sociales

Mystique hétérodoxe 

C’est mal connaitre sa pensée, dans laquelle René de Cecatty nous fait entrer à travers une poignée de textes savants, qui en détaillent ses aspects les moins connus ou les plus obscurs : son rapport à Sade ou à Shakespeare – forcément tempétueux – sa conception du théâtre ou son « sentiment du tragique » qui lui fit avoir tout au long de son existence un pressentiment d’ordalie, une volonté suicidaire et sacrificielle. Ceccatty insiste surtout sur son rapport au dialecte, à la langue, puisque Pasolini eut son premier « foudroiement esthétique » lorsqu’il fut initié par ses jeunes élèves au frioulan, ce patois parlé dans la région du Frioul, à mi-chemin entre le provençal et l’italien, et qui le convainquit de devenir poète. Pour Pasolini, la poésie consistait à tenir le discours de la vérité en retrouvant un langage liminaire, débarrassé de ses affèteries sociales. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Aidez L’Incorrect, faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire Credofunding, vous pouvez obtenir une réduction d’impôts de 66% du montant de votre don.

Choisissez le don en ligne en réglant par carte bancaire ou par virement avec le lien ci-dessous ou par chèque, à l’ordre de Fonds de Dotation CredoFunding, à l’adresse suivante :

Fonds de Dotation CredoFunding – L’Incorrect
41 rue Laure Diebold
69 009 LYON

Pin It on Pinterest