Skip to content

Régionales : La Manif pour tous passe au grill les candidats

La Manif pour tous met à disposition des citoyens Français une liste des prises de position des différents candidats aux élections régionales sur la famille et la bioéthique. Analyse des tendances des principaux partis.

Partage

© Twitter

Le mouvement La Manif pour tous a mis en ligne lundi dernier une recension de toutes les positions des candidats aux élections régionales sur les sujets bioéthiques, à savoir la loi bioéthique récemment votée en troisième lecture, la Procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, la Gestation pour autrui, la subvention de la Gay Pride et autres actions militantes « woke », la politique familiale, etc. Ce travail doit aider les Français à faire leur choix pour les élections régionales de ce dimanche, au moment d’un véritable tournant civilisationnel sur les questions bioéthiques promu par l’idéologie du genre. Le collectif, qui milite depuis la loi Taubira de 2012 pour les droits des enfants face à l’extension des droits des couples homosexuels et plus récemment des personnes célibataires, continue aujourd’hui de demander l’abrogation de la loi Taubira et d’encourager le débat sur ces thématiques.

Lire aussi : Enquête : combien a coûté la loi bioéthique ?

Ludovine de la Rochère, présidente du mouvement, intervenait cette semaine sur Sud Radio en dénonçant le choix d’Emmanuel Macron, par le projet de loi bioéthique, d’ignorer les États généraux de la bioéthique de 2018 qui s’étaient prononcés en défaveur de la PMA sans père à plus de 80 % et de la GPA à plus de 90 %. Au-delà du contenu de ce projet de loi, le site recense aussi, lorsqu’ils ont accepté de répondre au questionnaire qui leur a été envoyé, les positions des différents candidats sur la politique familiale et nataliste ainsi que sur l’éducation – qui relève en partie des compétences de la région. Jean-Paul Garraud (Occitanie) propose par exemple d’ouvrir les lycées les week-ends pour le soutien scolaire.

Parmi tous, les candidats du Rassemblement national sont les plus proches de la ligne de La Manif pour tous, unanimement opposés à la GPA, à la PMA sans père, au projet de loi bioéthique et aux subventions des mouvements militants comme la Gay Pride. Ils promeuvent la plupart du temps une politique familiale. Pour autant, il ne semble pas que ces questions soient une priorité pour le parti – la seule tête de liste à s’être fermement prononcé est Nicolas Bay, les autres préférant parler au nom de leur parti ou se taire. Marine Le Pen elle-même n’aborde que peu les sujets de société, leur privilégiant la sécurité – on peut en venir à douter qu’elle abrogerait, comme elle l’avait promis dans son programme des dernières élections présidentielles, la loi Taubira si elle était élue. En Île-de-France, Jordan Bardella n’a à son actif que quelques prises de position timides où il se dit « inquiet » de la pente engagée vers la GPA, et appelle à un référendum. Certains comme Thierry Mariani, Laurent Jacobelli, Gilles Pennelle ou Jean-Paul Garraud ne se sont pas prononcés sur ces thèmes depuis très longtemps. Sébastien Chenu, candidat RN des Hauts-de-France, s’est récemment dit défavorable à la PMA, alors qu’il cofondait en 2001 l’association GayLib, dont le principal combat était justement son obtention. Certains y voient de l’hypocrisie, d’autres un simple changement d’avis. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest