Skip to content

Régionales : quand la gauche flirte avec l’islamisme

Dans le cadre des régionales à Roubaix et en Eure-et-Loir, la gauche française a démontré ses accointances avec l'islamisme politique.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran France Inter

Dernière grande étape politique avant la présidentielle de 2022, ces élections régionales agissent comme un révélateur de la proximité locale d’une certaine gauche avec les réseaux et militants proches de l’islamisme radical.

À Roubaix, la présence d’Ali Rahni a fait voler en éclats la potentielle union des listes de gauche. Une alliance entre Europe Écologie Les Verts, le Parti socialiste et La France insoumise avait effectivement été signée pour le canton de Roubaix 1, mais a été remise en cause par les représentants de LFI à cause de la présence sur la liste de ce proche soutien de Tariq Ramadan, qui avait notamment été à l’initiative d’une caisse pour financer sa défense au moment des accusations de viol, et qui prend fait et cause pour des causes controversées. Son activisme politique passe en particulier par sa participation à la radio Pastel FM, où il accueille régulièrement des personnages aux allégeances politiques douteuses comme Yacob Mahi, lui aussi proche de Ramadan, ou encore l’imam Hassan Iquioussen, proche des Frères musulmans. Il avait par ailleurs publiquement défendu l’ONG Barakacity au moment de sa dissolution par le ministre de l’Intérieur. Pour un militant écologiste, il semble bien plus s’intéresser à « l’islamophobie » et au conflit israélo-palestinien qu’à autre-chose. Ce discours vert-islamique est en terrain conquis à Roubaix, qui est l’une des villes les plus touchées par l’immigration, la ghettoïsation et le communautarisme islamique. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest