Skip to content

Reportage : le recours aux campagnes

Saint Bernard de Clairvaux se serait écrié, arrivant dans cet endroit discret et verdoyant de la Loire : « Ce lieu est la bénédiction de Dieu » ! Au XIIe siècle, son disciple Albéric y bâtit une abbaye cistercienne. À l’été 2016, quelques jeunes familles en quête d’une vie différente découvrent ce lieu et le reçoivent à leur tour comme une bénédiction. Ils s’installent alors dans ce village de « La BénissonDieu », dont le nom sonne comme un manifeste. Ici les attend une existence faite d’enracinement, d’écologie, de vie familiale et spirituelle. Nous avons passé un dimanche en leur compagnie.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Olga Valeska
Depuis la gare de Roanne il faut, le temps d’une vingtaine de minutes, parcourir rues désertes, périphéries en bordure d’auto-pont et ronds-points décorés pour rejoindre la destination prévue de notre périple : le village de La Bénisson-Dieu. Au détour d’une intersection, la route invite à préparer l’arrivée : paysage dégagé de beaux vallons humides, vaches, maisons disséminées, l’intervalle d’une forêt enserre enfin la route. C’est, en contrebas, le faîte du clocher qui annonce le lieu. Ce dimanche matin, le parvis de terre battue présente des visages familiers, des enfants jouent, hommes et femmes discutent. Accolée au parvis Albéric, nous frappons à la porte d’une haute maison de pierre. C’est ici que nous déjeunerons, dans une grande salle commune, laquelle rassemble pour le repas dominical les membres du éco-hameau.
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This