Skip to content

Reportage : Les dernières vignes de l’Empire

À Goritz, ville frontière de l’Italie et de la Slovénie, où plane toujours le souvenir de Charles X, un Français souhaite revenir aux sources habsbourgeoises du vignoble.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Jérôme Besnard pour L'Incorrect

De 1947 à 1991, la ville de Goritz fut traversée par la frontière italo-yougoslave, à peine moins surveillée que le Rideau de fer. Au flanc du mont Sabotin, qui domine la cité de ses 600 mètres d’altitude, se voit toujours en lettres géantes l’inscription « Tito » érigée à la gloire du maréchal communiste. On le sait depuis quelques semaines : cette ville, que les Italiens nomment « Gorizia » et les Slovènes « Nova Gorica », sera capitale européenne de la culture en 2025. Le président de la République italienne Sergio Mattarella s’en est même félicité lors de ses voeux à ses compatriotes du 31 décembre. Il aura fallu la crise sanitaire actuelle pour que se rejoue le petit jeu d’éviter les contrôles à la frontière par les routes secondaires. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest