Skip to content

Reportage : Les dernières vignes de l’Empire

À Goritz, ville frontière de l’Italie et de la Slovénie, où plane toujours le souvenir de Charles X, un Français souhaite revenir aux sources habsbourgeoises du vignoble.

Partage

© Jérôme Besnard pour L'Incorrect

De 1947 à 1991, la ville de Goritz fut traversée par la frontière italo-yougoslave, à peine moins surveillée que le Rideau de fer. Au flanc du mont Sabotin, qui domine la cité de ses 600 mètres d’altitude, se voit toujours en lettres géantes l’inscription « Tito » érigée à la gloire du maréchal communiste. On le sait depuis quelques semaines : cette ville, que les Italiens nomment « Gorizia » et les Slovènes « Nova Gorica », sera capitale européenne de la culture en 2025. Le président de la République italienne Sergio Mattarella s’en est même félicité lors de ses voeux à ses compatriotes du 31 décembre. Il aura fallu la crise sanitaire actuelle pour que se rejoue le petit jeu d’éviter les contrôles à la frontière par les routes secondaires. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest