Robert Sirico « Le libéralisme est le seul moyen de sortir les gens de la pauvreté »

© D.R.

Prêtre américain et libéral revendiqué, Robert Sirico estime que le libéralisme est non seulement conforme à la liberté chrétienne voulue par Dieu mais aussi le seul moyen d’obtenir une société d’abondance. Président de l’Institut Acton, il a récemment publié Catholique et libéral (Salvator). Vous êtes un grand admirateur de la culture française. Pourquoi, selon vous, la France a-t-elle une relation aussi complexe avec le libéralisme ? En France, l’Église a longtemps été assujettie au pouvoir politique, notamment sous la monarchie. Le clergé a mis, un temps, ses espoirs dans les premiers changements induits par la Révolution française mais la Constitution civile du clergé a douché les esprits en 1790 et le contrôle étatique sur l’Église s’est finalement renforcé. La Révolution est donc responsable d’avoir poussé l’Église – et toute une partie de la société – vers une position réactionnaire dans laquelle elle s’est astreinte à contempler la liberté avec méfiance, notamment sur le plan économique. Une société qui encourage le libéralisme économique ne doit-elle pas inévitablement s’attendre à souffrir à long terme du libéralisme sociétal ? En d’autres termes, est-ce qu’une économie de marché ne mène-t-elle pas nécessairement à une société de marché ? Je ne pense pas qu’il y ait un mouvement inévitable du libéralisme économique au libéralisme sociétal, à partir du moment où l’économie est ancrée dans une véritable anthropologie. Ce qui est vrai, c’est que dans la société d’abondance produite par le marché, il y a une multiplicité de choix possibles, des tentations comme des opportunités. Mais ce n’est pas parce que l’on peut choisir librement une chose qu’il faille nécessairement le faire. L’exemple américain est intéressant : les États-Unis ont une économie relativement libre et le plus haut taux de pratique religieuse des pays occidentaux. Il n’y a donc pas de dérive inévitable du libéralisme économique vers le libéralisme sociétal ou l’athéisme. De plus, le libéralisme économique est le seul moyen de sortir les gens de la pauvreté. Depuis deux cents ans, nous avons été les témoins de la plus monumentale augmentation du niveau de vie, par la sécurisation du droit de propriété, l’application de la loi et la mondialisation du marché. (...) A lire en ligne pour nos abonnés ou à découvrir dans le dernier numéro de l'Incorrect.
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

.

pierre.valentin98@gmail.com

Pin It on Pinterest

Share This