Skip to content

École : sainte Bienveillance, priez pour nous

Introduit par la loi dite de « refondation de l’école » en 2013, le concept de bienveillance est devenu la religion officielle au sein de l’Éducation nationale dont Pap Ndiaye est le nouveau pontife, pour un résultat catastrophique : une pénurie d’enseignants.

Partage

© DR

En 2012, la publication des résultats de l’enquête PISA (Program for International Student Assessment) désigne une fois de plus la France comme le cancre de l’OCDE, pointant à la 25e place sur 65 pays, avec un système éducatif renforçant les inégalités au lieu de les combattre. Inquiété par ce sombre constat, François Hollande, nouvellement élu président de la République, confie à Vincent Peillon, nouveau ministre de l’Éducation nationale, la responsabilité de redresser l’école française. Bien évidemment, le premier effort accompli pour soigner le malade consiste à inventer de nouveaux éléments de langage. Pour faire du passé table rase et refonder l’école, on invoque une nouvelle divinité : la bienveillance, qui doit « favoriser les apprentissages, le bien-être et l’épanouissement des élèves et de bonnes conditions de travail pour tous » (loi pour la refondation de l’école). En ce sens, cette loi de 2013 est un tournant historique autant que sémantique: pour la première fois, les textes définissent le « bien-être » comme une priorité de la politique publique en matière d’éducation.

La République est impuissante à soigner les maux de la société, qu’importe, c’est aux professeurs de promouvoir l’école de la diversité et de réparer le « vivre-ensemble »

Seul problème : en 60 ans, les effectifs de l’enseignement supérieur sont passés de 310 000 étudiants en 1960 à 2 600 000 en 2020 et 77 % d’une génération accède au baccalauréat en 2020 contre 10 % au début des années 1960. Dans un contexte économique dégradé et face aux insurmontables enjeux de l’intégration et de l’immigration de masse, ce système éducatif qui garantit un accès massif à l’enseignement secondaire et supérieur ne fait plus que refléter de manière criante les inégalités qu’il est censé résorber. Et sur qui repose l’objectif « de bien-être » ? Les enseignants. La République est impuissante à soigner les maux de la société, qu’importe, c’est aux professeurs de promouvoir l’école de la diversité et de réparer le « vivre-ensemble » dont les coutures craquent de toutes parts. […]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest