Skip to content

Les écrivains officiels du régime roulent pour l’Allemagne !

Partage

 

[qodef_dropcaps type=”normal” color=”RED” background_color=””]9[/qodef_dropcaps]octobre 2017, inauguration du Salon du Livre de Francfort. La France est l’invitée d’honneur. La fine fleur hexagonale des Lettres retrouve le chemin de Berlin. C’est encore l’heure du voyage en Allemagne.

 

On se souvient en 2007 de l’autrice Marie Ndiaye (Goncourt 2009, la Yannick Noah des Lettres) s’exilant à Berlin suite à l’élection de l’horrible méchant Sarkozy. Nombreux ceux qui l’avaient suivie dans ce faux Guernesey qui n’est autre qu’un nouveau voyage à Weimar (Rebatet, Drieu, Jouhandeau, etc.) : Camille de Toledo (l’actimel du « Manifeste pour la Littérature-monde »), Oliver Rohe et Alban Lefranc (les bisounours des Lettres), Mathias Enard (Goncourt 2015, le mi-grand des Lettres), etc. Pourquoi traiter ces braves résistants antiracistes-citoyens du monde de collabos ? Parce qu’ils ont rejoint l’ennemi du totalitarisme bien-pensant, la capitale de la dictature libérale-libertaire (certes détrônée depuis par Paridalgo) : Berlin. Nach Berlin ! Son « quartier turco-alternatif de Kreutzberg » (comme dit L’Obs), le Berlin Underground pas cher (mais redevenu cher suite à l’arrivée des bobos des lettres et des artistes engagés contre la pauvreté) ! Aujourd’hui, pour le monde de la culture française c’est la fête, le grand voyage en Allemagne, notre douce Allemagne, notre maman !

Herr Macron a rejoint Muttie Merkel et s’est aspergé d’eau de Cologne pour fêter la France littéraire invitée d’honneur de la Foire de Francfort. La fine fleur de notre littérature, triée sur le volet : Leïla Slimani, Kamel Daoud, Kaouther Adimi, Tahar Ben Jelloun, Atiq Rahimi (ceci pour les quotas, mais on regrettera l’absence de Medhi Meklat), Didier Eribon et Emile Louis, pardon Edouard Louis (bien sûr, il faut des intellectuels, ajoutons Luc Boltanski et Bruno Latour), Richard Millet, pardon, Catherine Millet, Dany Laferrière et JMG Le Clézio (ceci pour les DOM-TOM), Etienne François et Lorraine Fouchet (vous connaissez ? Moi non plus, mais ils écrivent très bien), le Suisse Slobodan Despot ? non, la Suissesse Noëlle Revaz, les rebello-académiques Virginie Despentes et Philippe Djian, Emmanuel Carrère et sa maman, le chef de la propagande Patrick Boucheron, et j’en passe.

Il y a Michel Houellebecq aussi, mais ils sont obligés, il faut toujours inviter le bouffon. Houellebecq sera leur Jouhandeau. Il y a aussi les auteurs de best-sellers (Francfort est une « foire », n’oublions pas), Jean-Paul Didierlaurent (un seul homme), Grégoire Delacourt et Pierre Lemaître (mais où vont-ils chercher leurs pseudos ?). Il y aura encore les Belges Amélie Nothomb et Bernard Pivot. Bref, que du lourd, que les grands écrivains français, accompagnés par notre ministresse belge, Françoise Nyssen. Dominique Pagnier, l’auteur du roman le plus ambitieux de la rentrée littéraire, qui parle de Berlin-Est et de la Mitteleuropa (salaud de réac !), a sans doute refusé le voyage. Mais il faut se féliciter dans cette liste de l’absence de ceux que nous aimons. Elle sera étudiée au Conseil National des Ecrivains lors de la Libération. En attendant, comme dirait Albert Paraz, « Valsez saucisses ! »

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest