Skip to content

Scène rock islandaise, le rock de la terre noire

Depuis quelques années, l'Islande voit émerger une scène musicale passionnée et passionnante, héritière à la fois des outrances du rock et des températures glaciales de la cold wave. Coup de projecteur sur les enfants terribles de la pierre volcanique.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Facebook Kaelan Mikla

Il y a définitivement quelque chose entre le rock et l'Europe septentrionale. On se demande parfois comment ces pays d'humbles pêcheurs et de triste culture protestante ont pu accoucher d'une scène musicale aussi virtuose, comme si l'électricité là-bas avait des qualités particulières, comme si les hivers à rallonge et la solitude des grands espaces n'offraient d'autre issue pour leurs habitants que l'hystérie du rock'n'roll. 

Si la Suède et la Norvège se sont spécialisées depuis longtemps dans les excès néo-romantiques du black metal, l'Islande était passée jusque-là sous les radars, seulement auréolée du succès de son unique vedette, Björk, et de quelques actes isolés comme les disques lumineux de Sigur Rós. Pourtant, depuis quelques années, tout a changé : sur ce caillou offert aux tempêtes et encore cerné de mythes, une nouvelle génération a vu le jour : des hordes de gosses se sont soudain emparés de guitares pour produire une musique radicalement de son temps, c'est-à-dire radicalement passéiste, arrangée avec ce qu'il faut de désespoir et de singularité pour en faire la bande-son de l'Europe Terminale. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest