Skip to content

Sciences Po Grenoble : l’islamo-gauchisme dévoilé

Début février, Frédérique Vidal provoque un tollé en réclamant une enquête sur l’islamo-gauchisme dans l’université française. Un mois plus tard, cet islamo-gauchisme est démontré magistralement par l’affaire Sciences Po Grenoble. Récit.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran

Souvenez-vous. Dimanche 14 février, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal avait choqué les belles âmes : « Moi, je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’université n’est pas imperméable et fait partie de la société. » Et elle poursuit : « Ce qu’on observe à l’université, c’est que des gens peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou des idées militantes de l’islamo-gauchisme en regardant toujours tout par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi, etc… ». Acquiesçant lorsque Jean-Pierre Elkabbach parlait d’alliance entre Mao Zedong et l’Ayatollah Khomeini, elle annonçait triomphante la commande au CNRS d’une « enquête sur l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets dans l’université de manière à ce qu’on puisse distinguer de ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève justement du militantisme et de l’opinion »

L’islamo-gauchisme, une invention complotiste

Quel tollé n’avait-elle pas provoqué ! Toute la gauche française ou presque participait d’un seul homme à la levée générale de boucliers. Elle est accusée tout à la fois de menacer les libertés universitaires, et de détourner les regards de la misère étudiante, de la médiocrité des locaux et de la parole libérée sur les agressions sexuelles. Surtout, par son maccarthysme, elle ferait le jeu de l’extrême droite et donc de l’islamophobie. La Conférence des présidents d’université réagit avec « stupeur » et dénonce « des arguties de café du commerce ». Dans un communiqué, les syndicats CGT, FSU et SUD de la recherche et de l'enseignement supérieur s’allient pour condamner les propos d’un ministre dont ils jugent qu’elle a « franchi la ligne rouge » et appellent à son renvoi car « elle a perdu toute crédibilité auprès de la communauté. » « Non seulement, la ministre stigmatise des collègues et leurs travaux de recherche en les désignant à la vindicte publique à l'aide d'un vocabulaire emprunté à l'extrême droite mais, dans le même élan, elle porte un coup sévère aux libertés académiques en demandant au CNRS de procéder à une enquête comme s'il s'agissait d'une affaire de basse police. » [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest