Skip to content

Sébastien Meurant : « Le gouvernement veut répartir et cacher cette misère humaine »

Afin de réduire la pression migratoire pesant sur l'Île-de-France, le gouvernement a décidé de lancer un schéma national des demandeurs d’asile et d’intégration des réfugiés – appelé plan Schiappa – qui vise à répartir les migrants dans les provinces françaises. Sébastien Meurant, sénateur LR du Val-d'Oise, appelle les provinces à se révolter contre ce plan, utilisé par le gouvernement pour cacher son absence de maîtrise de l'immigration. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Pourquoi le gouvernement souhaite-il désengorger la région parisienne des migrants ?

Parce que c’est trop visible, tout simplement. Il fait de grandes opérations de communication. La misère s’étale beaucoup trop dans la capitale ; or les médias et les centres de pouvoir sont concentrés à Paris ; et il suffit de parcourir cette ville pour voir des tentes, des matelas et tout simplement l’augmentation du nombre de migrants. Il y a un microcosme particulier en région parisienne avec de nombreuses associations pro-migrants. Celles-ci alimentent le flux de pauvres malheureux qui sont victimes de trafic d’êtres humains. Il faut se demander pourquoi ces migrants reviennent Porte de La Chapelle ou à Aubervilliers par exemple. Je suis allé les voir, et ce sont tout simplement des associations qui leur apportent de la nourriture, des cartes prépayées, etc. Avoir des migrants en Île-de-France permet aux associations d’avoir de la visibilité et donc des moyens. Ce sont d’abord des opérateurs de communications.

L’Île-de-France est la seule région dont le nombre de migrants excède la capacité d’accueil. N’est-elle pas responsable de sa gestion migratoire ? Quelle est la responsabilité de la mairie de Paris ?

Il suffit d’écouter le maire de Paris pour comprendre qu’elle est no border et pro-migrante, à condition que ce ne soit pas à côté de chez elle. Il y a donc une responsabilité politique, dont la première est celle de l’inaction de l’État, qui ne contrôle pas les frontières et n’expulse pas suite aux décisions de justice. Nous sommes tombés en dessous des 10 % d’obligations de quitter le territoire français. Les principaux responsables sont le Président Emmanuel Macron et son gouvernement. Et ce malgré le ministre de l’Intérieur, lequel fait beaucoup de discours et est très présent à la télévision. Est-ce que nos frontières sont bien gardées ? Non. Il y a un durcissement pour le Covid, mais nous n’avons jamais accueilli autant de migrants de manière légale. J’ai fait le tour des associations, organismes et services de l’État : ce dernier communique mais n’agit pas. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest