Skip to content

Son nom est confusion

La macronie est une planète à l’atmosphère troublée de collisions permanentes d’astéroïdes. Les concepts s’y entrechoquent sans cesse, créant un chaos de la pensée aussi fascinant qu’effrayant.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Lors de son grand prêche annuel devant la « French Tech », mi-septembre, Emmanuel Macron s’est livré à une confusion d’une étonnante grossièreté : « La France, c’est le pays des Lumières, c’est le pays de l’innovation. […] La France va prendre le tournant de la 5G parce que c’est le tournant de l’innovation. Je ne crois pas au modèle amish ». Si la phrase sur les amish a retenu l’attention, le passage qui la précède révèle bien plus les errements de la pensée présidentielle. Quel rapport entre les Lumières et la 5G ? À part que le macronisme, c’est peut-être juste les Lumières plus la 5 G, comme le socialisme, c’était les soviets plus l’électricité, on ne voit pas.

Cuistrerie de khâgneux

Le XVIIIe siècle était certes en partie fasciné par le progrès technologique, réalisation du vieux projet prométhéen de Descartes consistant à rendre les hommes « comme maîtres et possesseurs de la nature », mais le progrès technique n’était en rien nécessairement lié aux Lumières. Un des penseurs les plus considérables du mouvement, Rousseau, exprime d’ailleurs une opposition particulièrement ferme envers le progrès technique dans son Discours des sciences et des arts. Ce texte était si en désaccord avec les idées des Lumières qu’il remporta le concours de l’Académie de Dijon en 1750… [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest