Skip to content

Stéphane Ravier : « Le premier problème à Marseille, c’est l’immigration »

Durant trois jours, le président de la République est en visite à Marseille avec sept de ses ministres. Entre trafic de drogue, insécurité et pauvreté, la deuxième ville de France fait face à bien des problèmes. Ancien maire des XIIIe et XIVe arrondissements de la ville et sénateur du Rassemblement national, Stéphane Ravier dénonce les coûteuses politiques de la ville et réclame une lutte sans relâche contre l’insécurité. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Bac nord

Des vidéos diffusées récemment par CNews montrent des quartiers de Marseille contrôlés par des « checkpoints ». Dans quelle mesure les quartiers marseillais sont-ils devenus des zones de non-droit ?

Il aura fallu la venue d’Emmanuel Macron pour que les caméras se braquent enfin sur un phénomène que j’ai dénoncé il y a des années. Mais comme cela venait du Rassemblement national, c’était forcément, et au mieux, de l’exagération, au pire attiser la haine et montrer les Marseillais les uns contre les autres. Je n’ai malheureusement jamais été écouté. Ces images ne m’ont donc pas étonné car c’est quelque chose de courant aux Flamants, au parc Kalliste, à la Castellane ou au Vieux Moulin – j’ai moi-même été contrôlé une fois !

Logement, insécurité, trafic de drogue, chômage, transport, pauvreté. Avec le voyage du président Macron, les Français redécouvrent ces derniers jours les problèmes auxquels fait face Marseille. Comment la deuxième ville de France en est-elle arrivée là ?

Emmanuel Macron est la dernière personnalité qui manquait au tableau, après Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault – venu en 2014 annoncer qu’il allait faire un chèque de plusieurs centaines de millions d’euros pour les cités. L’argent coule déjà à flot dans nos cités via la politique de la ville ! Toujours est-il que tous les domaines, Marseille est une urgence absolue. Il y a trois points de plus que la moyenne nationale en matière de chômage. 25% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Lire aussi : L’Institut pour la Justice : « Y-a-t-il un lien entre délinquance et immigration ? »

Certes, notre système économique fabrique des chômeurs, mais nous en importons beaucoup aussi. L’immigration prend la forme du Grand remplacement. L’insécurité atteint des sommets. Le trafic de drogue contrôle des dizaines de cités. Les écoles sont en partie dans un état pitoyable – maire des 13è et 14è arrondissements, j’avais été le premier à avertir monsieur Gaudin et son équipe, mais ça n’avait pas non plus été pris au sérieux. La venue du président est une caisse de résonance, mais j’ai le sentiment que les Marseillais accueillent sa venue et ses promesses avec beaucoup de retenue, parce qu’on nous a beaucoup promis mais rien n’est venu. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest