Skip to content

Thaïs d’Escufon : « Ce n’est plus SOS Méditerranée, mais SOS Hollywood ! »

Le procès de vingt-trois militants de Génération identitaire s’est ouvert ce lundi à Marseille, pour leur occupation dans cette ville des locaux de l’association pro-migrants SOS Méditerranée en octobre 2018. Ils sont jugés pour « violences volontaires en réunion et participation à un groupement en vue de les commettre » et encourent jusqu’à cinq ans de prison. Des accusations délirantes selon Thaïs d’Escufon, l’ancienne porte-parole de l’association aujourd’hui dissoute. Entretien.

Partage

© Génération identitaire

Quel était le but de votre action dans les locaux marseillais de SOS Méditerranée ?

Génération identitaire était une organisation opposée à l’immigration. Nous voulions dénoncer le trafic d’être humain auquel se livrait SOS Méditerranée dans cette mer, le mettre en lumière auprès des médias et du grand public.

Avez-vous fait preuve de violence contre les salariés de SOS Méditerranée ?

Bien sûr que non. Quand j’ai vu les premiers chefs d’accusation, « violence en réunion, » « séquestration, » je me suis dit que ce n’était plus SOS Méditerranée, mais SOS Hollywood ! On était vingt-deux militants mais nous sommes rentrés dans leurs locaux sans effraction, en toquant à la porte, de manière totalement pacifique. On a utilisé le même mode d’action que beaucoup d’autres associations comme Greenpeace par exemple. Il s’agit certes d’occupation de locaux, mais sans violence et sans effraction. On leur a dit qu’ils étaient libre de sortir, qu’on allait juste mettre notre banderole à la fenêtre sans toucher à rien, que ce soit au matériel ou à eux-mêmes. La porte-parole de SOS Méditerranée à l’époque avait elle-même dit qu’il n’y avait pas eu de violences. C’est ensuite qu’elle s’est mise à changer de version parce qu’il y a eu une volonté de procès, parce qu’ils en font des caisses pour nous faire condamner le plus lourdement possible. Les parties civiles de SOS Méditerranée requièrent d’ailleurs deux cents à trois cents mille euros d’amende contre nous. Complètement délirant. Je n’ai pas entendu la gauche crier à l’horreur quand des immigrés clandestins se sont introduits récemment dans l’Hôtel de Ville de Paris ou encore quand la CGT utilise très régulièrement ce mode d’action d’occupation de locaux. Cette association ne supporte simplement pas que l’on ait dénoncé sa participation au trafic d’être humain en Méditerranée, puisque le mode d’action que nous avons utilisé est un moyen d’agit-prop assez classique.

Lire aussi : Thaïs d’Escufon : « Notre association va révéler toutes les censures sur l’immigration et l’islamisation »

J’ajoute que nous disposons d’images de cette action, prises à l’intérieur des locaux. Elles sont disponibles sur la chaîne YouTube de Génération identitaire, qui existe encore. Chacun peut donc vérifier par lui-même. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Aidez L’Incorrect, faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire Credofunding, vous pouvez obtenir une réduction d’impôts de 66% du montant de votre don.

Choisissez le don en ligne en réglant par carte bancaire ou par virement avec le lien ci-dessous ou par chèque, à l’ordre de Fonds de Dotation CredoFunding, à l’adresse suivante :

Fonds de Dotation CredoFunding – L’Incorrect
41 rue Laure Diebold
69 009 LYON

Pin It on Pinterest