Skip to content

Thibault Mercier : « Nous regardons la politique uniquement par le bout de la lorgnette sanitaire »

Thibault Mercier est avocat au barreau de Paris, cofondateur et président du Cercle Droit et Liberté, un think tank qui rassemble des juristes souverainistes et libéraux. L'association a déposé mardi devant le Conseil d‘Etat un référé liberté qui conteste la légalité du couvre-feu, qui serait selon ses membres inefficace et liberticide. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Pourquoi avoir déposé ce recours devant le Conseil d’État ?

Nous avons présenté ce recours mardi matin car nous considérons que le couvre-feu est manifestement illégal. C’est pour ça que nous avons fait un référé liberté, qui permet de contester devant le Conseil d’État un acte du gouvernement qui porte atteinte à nos libertés fondamentales. Ici, les libertés fondamentales touchées sont celles d’aller et venir et la liberté de commerce. La liberté de mener une vie familiale normale est aussi menacée, puisque nous sommes assignés à résidence neuf heures par jour.

Nous considérons par ailleurs que ce couvre-feu est manifestement illégal car il est totalement disproportionné par rapport au but recherché. Le but est de sauver des vies, mais pour l’atteindre, il faudrait déjà créer des lits en réanimation, donner aux soignants les moyens de s’occuper efficacement des malades et non pas interdire de se balader à minuit. À minuit, les gens n’ont pas plus de chance d’être contaminés qu’à midi, ou alors il faudra le prouver. Aucune étude sérieuse ne démontre l’efficacité du couvre-feu pour ralentir la propagation du virus.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest