Tony Wakeford ; la disparition de Londres

Extrait Tony Wakeford préside depuis 1987 au destin de Sol Invictus, un projet musical un peu à l’étroit dans le bac néofolk des disquaires puisqu’il emprunte aussi bien à la musique classique et au rock qu’aux musiques électroniques. Avec « Necropolis », Tony Wakeford évoque le Londres victorien sans le sacraliser, mais en dénonçant néanmoins la chute actuelle de la capitale britannique. Un album qui constitue une excellente base de méditation nostalgique pour tous les anglophiles orphelins. Que répondez-vous à ceux qui vous reprochent encore votre association avec Death in June (groupe de dark folk à l’imagerie fascisante) ? Je ne répondrai rien car rien de ce que je pourrai dire ne fera cesser les polémiques. Quand tu arrives à un certain âge, tu arrêtes de te préoccuper de ce genre de problème. Aucune de ces personnes ne me critiquera en face mais elles le font toujours dans le dos ou sur Internet. Si le fait que j’ai participé à un groupe dans les années 80 t’empêche de m’écouter, parfait. C’est que tu es certainement un connard. Votre nouvel album évoque le déclin de Londres. La capitale anglaise a-t-elle perdu son identité en raison de la globalisation et de la gentrification ? Les villes ont toujours attiré beaucoup de monde, ça a ses bons et ses mauvais côtés. Aujourd’hui, le problème c’est que cela attire les gens propres et l’argent sale. Par « propres », je veux qualifier les gens qui démé- nagent près d’un club et qui, ensuite, se plaignent du bruit. Désormais les seules personnes qui ont les moyens de vivre ici veulent que tout soit nettoyé et bourgeois. Et puis il y a le droit des sociétés sur la Tamise, les endroits publics qui disparaissent et les barrières qui se lèvent. Nous sommes vus comme un coffre sécurisé pour des séducteurs hétéroclites venus de Chine, d’Arabie Saoudite et de Russie. Sans oublier nos propres entrepreneurs… Pensez-vous qu’il subsiste des artistes dans la pop anglaise avec une identité insulaire comme le furent Ray Davies des Kinks ou Madness ? À cause de notre modèle économique ou de son absence, il est impossible d’imaginer ces artistes et d’autres ayant un équivalent aujourd’hui. La musique n’est plus aussi importante qu’elle le fut pour les générations précédentes. Les musiciens sont des gens qui (…) A découvrir dans le dernier numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner Notre Offre

.

jedeluxe@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This