Skip to content

Traité de la vie élégante : La femme qui préférait les (bien) blanches

Le traité de la vie élégante de février, par Frédéric Rouvillois.

Partage

© Louis Lecomte pour L'Incorrect

Tandis qu’E., rêveur, contemplait pieusement les religieuses qui se bousculaient derrière la vitrine entre les éclairs, les meringues et les babas, une dame au visage pointu profita de ses hésitations gourmandes pour lui griller la politesse. Elle se planta devant la caisse, où la petite boulangère la salua avec tous les honneurs dus à son rang : « Bonjour Madame Redor ! Comment allez-vous ce matin ? Vos névralgies vous ont pas trop empêché de dormir ? Ce sera comme d’habitude, une bien blanche, c’est ça ?

– Bonjour Jocelyne, une très blanche même, si possible. Mais on dirait que votre patron s’est endormi sur son four cette nuit, tout à l’air grillé… Montrez-moi les tradis… Bof. Les baguettes ? Ah non, c’est encore pire, on dirait du pain noir. Et le sans gluten ?

Zo’, qui attendait sur le trottoir et commençait à trouver le temps long, avait fini par rentrer à son tour, et elle interrogea E. au moyen d’une de ces petites grimaces mutines dont elle avait le secret. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest