Skip to content

Transsexualité : coût du cul et trou de la Sécu

Saviez-vous que la Sécurité sociale dépense plusieurs millions chaque année pour aider des personnes à changer de sexe ? Enquête sur les ressorts financiers de la transition sexuelle.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Beaucoup de chiffres circulent à propos du coût du changement de sexe, avec des fourchettes allant de 7 000 à 50 000 euros. Il faut anticiper quatre grands postes de dépense. Le plus important concerne la chirurgie. Elle englobe les attributs sexuels proprement dits, mais également la poitrine et le visage. Les hommes devenus femmes ont aussi la possibilité d’amenuiser leur pomme d’Adam. Pour l’ensemble, les fourchettes varient de 7 000 à 18 000 euros, en fonction de la localisation : États-Unis, Europe ou Asie (essentiellement la Thaïlande). Le changement de sexe proprement dit demande deux à trois jours d’hospitalisation, plus trois à quatre semaines de repos médical, puis plusieurs mois de convalescence.

La France fut le premier pays au monde à dépsychiatriser le transsexualisme. Les trans applaudirent, avant de remarquer que, si leur dérangement n’était plus une maladie, comment se feraient-ils rembourser ?

Les opérations les plus onéreuses concernent la face. Les prix s’envolent jusqu’à 40 000 euros. Il n’y a pas de réelle limite. Après le bistouri, ne pas oublier la pilosité. Comptez 3 000 à 5 000 euros pour une épilation laser définitive qui ne conservera que les cheveux. Autant s’assurer que plus rien ne repousse. C’est le rôle des traitements hormonaux. Ils ne coûtent pas grand-chose. Sans remboursement, ils sont facturés au patient entre 20 et 40 euros par an, pendant cinq à dix ans, soit un total compris entre 1 200 et 4 800 euros. Ajoutez tout de même un rendez-vous chez un endocrinologue, soit 44 euros, remboursés 23 par la Sécu. Le suivi psychologique n’est pas remboursé du tout. L’un dans l’autre, il est difficile de dépenser moins de 20 000 euros pour la transition d’un adulte. Elles sont beaucoup plus chères pour les enfants car le nombre d’opérations, la complexité et la durée des traitements sont multipliés. Heureusement pour eux, les trans sont remboursés par les Assurances Maladies depuis les années 70. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest