Skip to content

Un odieux connard : les histoires d’un mec

Il est l’un des personnages les plus jouissifs des internets francophones. Révélé par son blog éponyme, cet ancien professeur d’histoire dézingue à tout va la médiocrité de l’époque, s’attaquant même (et surtout ?) à des madeleines considérées comme intouchables.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une plume « qui fait du bien », selon l’expression journalistique particulièrement pénible et néanmoins en vogue. Sauf peut-être aux âmes chatouilleuses : l’Odieux Connard s’attaque aux médiocrités de tous bords ce qui inclut nécessairement le vôtre tôt ou tard. « La liberté d’expression ne se réduit que parce que l’on cède à la pression de ces « canceleurs », ou pour appeler un chat un chat, ces « censeurs » modernes. Les uns le font pour plaire à ces inquisiteurs 2.0, les autres, par peur du fusil à étiquettes que manient ces braves gens. J’ai donc la chance à la fois d’avoir un site web qui ne dépend que de moi-même, et par ailleurs, un pseudonyme qui me permet d’encaisser tranquillement les étiquettes : taxer un Odieux Connard de méchant, est plus proche du pléonasme que de la critique. Le secret est donc là : les censeurs n’ont pas plus de pouvoir que celui qu’on veut bien leur donner. Ils ne gagnent que quand leurs cris font céder quelqu’un. Et pour ma part, j’ai un truc simple pour ne plus les entendre hurler : j’éteins Twitter », nous explique t-il. Un réflexe salutaire pour conserver sa santé mentale.

Julien Hervieux de son vrai nom n’est pas du genre à cracher dans la soupe, eût-elle un goût infâme de cheveux mauves et de déodorant Axe. Quand on lui demande si des choses du monde moderne trouvent grâce à ses yeux, sa réponse est aussi lapidaire que pleine de bon sens : « La médiocrité. Si j’étais né à une époque emplie de gens brillants, j’aurais été bien emmerdé ». Comment passe t-on de Julien Hervieux à l’Odieux Connard ? « C’est facile : mettez-vous dans la même pièce que Julien Hervieux, et lâchez une phrase comme “Les derniers films de Ridley Scott sont excellents”, ou “Allons casser des statues de Napoléon oppressantes pour sauver la démocratie”. L’Odieux Connard apparaît généralement dans les 0,93 secondes qui suivent. J’ai toujours été comme ça. C’est juste que ça a été officialisé avec un pseudonyme en ligne ». [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest