Skip to content

Un pays qui se tient sage : notre critique

Dans Un pays qui se tient sage, David Dufresne confronte des intervenants issus de la société civile et des intellectuels aux images des violences policières subies par les Gilets jaunes. Une idée intéressante, mais malheureusement traitée sous un angle très LFI.

Partage

© Le Bureau
Le titre du documentaire de David Dufresne fait directement allusion à cette phrase prononcée par un policier devant des lycéens à Mantes-la-Jolie, contraints de se mettre à genoux et les mains sur la tête : « Voilà une classe qui se tient sage ». Le dispositif proposé ici par David Dufresne est relativement simple : revenir, grâce aux images capturées par les manifestants, sur les violences policières commises au cours du mouvement des Gilets jaunes (depuis l’automne 2018, donc), et les faire commenter par des intervenants issus de la société civile, victimes de ces violences, mais aussi par des sociologues, écrivains, historiens comme par des policiers eux-mêmes (le ministère de l’Intérieur a néanmoins décliné toute proposition de participation). [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest