Skip to content

« Une école ambitieuse, meilleur antidote contre le séparatisme ? »

La question du séparatisme islamique à l’école prend une ampleur d’une gravité sans précédent. Deux jours avant l’assassinat de Samuel Paty, mercredi 14 octobre, la Fondation Kairos organisait son premier colloque intitulé « Une école ambitieuse, meilleur antidote contre le séparatisme ? » État des lieux de la déconstruction de l’école publique.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L’Incorrect

La Fondation Kairos pour l’innovation éducative est née en mai dernier de l’initiative d’Anne Coffinier (aussi directrice de Créer son école). Elle est présidée par le chancelier de l’Institut et ancien ministre de l’Éducation, Xavier Darcos. Son objectif est de promouvoir et de défendre l’enseignement libre, notamment en soutenant les projets éducatifs innovants, et par le financement de bourses aux élèves défavorisés.

Les différentes interventions de ce colloque ont mis en évidence la faillite de l’École en tant qu’institution sous les coups de boutoir de la « déconstruction ». L’école publique est devenue depuis une trentaine d’années une fabrique de l’échec. Les théories bourdieusiennes selon lesquelles l’école par la transmission d’un certain savoir ne ferait que perpétuer les privilèges d’une élite endogame ont conduit à l’égalitarisme et à la baisse du niveau. Quant au pédagogisme soixante-huitard, il a anéanti le principe d’autorité. L’instituteur a été remplacé par l’enseignant, à qui l’on demande désormais de jouer le rôle d’éducateur spécialisé, l’institution familiale étant elle aussi en faillite. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest