Skip to content

Une semaine comme les autres en France : le pays des violes devient pays des viols

La France, pays jadis si poétique, ne chante plus ses odes folles au son des violes, mais plutôt chante pour dénoncer de bien glauques viols, qui ont lieu quotidiennement un peu partout sur notre sol. Récit.

Partage

© Valentin Deniau pour L'Incorrect

Nous chantons de nos jours pour dénoncer les horreurs de la société française. Ainsi, ce jeudi 9 juin, vingt-neuf élèves de troisième ont participé à un atelier d’écriture à l’Institut Saint-Lô d’Agneaux (Manche) durant lequel ils ont imaginé et enregistré des chansons pour dénoncer les laideurs de notre époque, dont le viol. Et il y a malheureusement de la matière...

Lundi 6 juin. Une réfugiée ukrainienne est arrivée en Dordogne (où elle a de la famille de son époux resté en Ukraine) il y a moins d'un mois, avec une amie. Dans la soirée de dimanche à lundi, les beaux-parents de la future victime s'inquiètent de ne pas parvenir à la contacter. Ils décident de se rendre à son domicile et la retrouvent elle et son amie accompagnées d'un homme. La soirée aurait été arrosée. Alors que l'inconnu est parti, les beaux-parents décident de ramener les deux femmes chez eux. L'une accepte, l'autre décide de rester. Sur la route, ils reçoivent un appel : la jeune femme affirme que l'homme est revenu – prétextant avoir oublié son portable – et l'aurait agressée et violée. Les forces de l'ordre, contactées, se rendent au plus vite sur les lieux. Mais le suspect est introuvable. La jeune femme présente quant à elle des ecchymoses. Une enquête est ouverte. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest