Vivent les communes libres !

© Benjamin de Diesbach pour L’Incorrect

Depuis quelques années déjà, et quels que soient les gouvernements qui se succèdent, les communes de France sont insidieusement dépossédées de leurs compétences, au nom d’une prétendue efficacité. Nos communautés locales et immémoriales de citoyens libres deviendront demain, si l’on n’y prend garde, de banales structures administratives et technocratiques. Les intentions de Macron sont on ne peut plus claires en la matière. Comme la famille est la cellule de base de la société, la commune est celle de la démocratie. Or, depuis une dizaine d’années, une série de lois et de mesures restreint les libertés communales et le pouvoir des conseils municipaux. Ceux-ci en sont réduits à faire de la figuration et les maires que les Français éliront en 2020 pourraient n’être que des agents administratifs sans réel pouvoir. La difficulté d’un tel sujet est qu’il est à la fois essentiel, puisqu’il touche le cœur de la démocratie locale, et compliqué à traiter puisqu’il est englué dans une longue série de lois définies par des sigles dont on ne perçoit souvent qu’à long terme les conséquences. Derrière cela, il y a l’idée qu’il faut réduire le nombre des communes afin de moderniser les structures locales. Réduire les communes ferait également faire des économies. Ces deux axiomes sont faux. Les communes sont les héritières de la longue histoire française. Leur toponymie reprend des noms gaulois, germaniques ou romains qui sont autant de strates de l’histoire de France. Supprimer les communes, c’est effacer (...)
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

Historien

jbnoe@lincorrec.org

Pin It on Pinterest

Share This