Skip to content

Woke’s Creed : quand Ubisoft rééduque ses employés

Quand l'entreprise française Ubisoft, numéro 3 mondial du jeu vidéo, veut faire oublier ses sordides affaires de harcèlement sexuel, elle se transforme en organe de propagande stalino-progressiste. Au programme : séminaires sur la transidentité, quotas de racisés, et critères d'évaluation revisités à la sauce LGBTQIA+.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Ubisoft, a entrepris une « refonte complète du mode de collaboration des équipes créatives », selon les mots de son cofondateur et directeur Yves Guillemot. Il faut dire que l'entreprise française s'est trouvée sous le feu des critiques après que des faits de harcèlement et d'agressions sexuelles ont éclaté au grand jour. Un #MeToo du jeu vidéo a même vu le jour. Bien décidé à redorer son image, Ubisoft, s'est donc transformé en officine « woke », en tentant par tous les moyens de rééduquer ses employés. 

L’un d’eux a bien voulu nous répondre. Il explique que sous couvert d’« inclusivité », l’entreprise cherche à atteindre des quotas de minorités ethniques et sexuelles. « Lors de tables rondes sur l'amélioration de la diversité et de l'inclusion dans la boîte, j'ai entendu des propos tout à fait sérieux tenus par des personnes haut placées, disant qu'il n'y avait “pas assez de noirs”, et qu'il fallait en “ajouter” ». Gare à celui qui oserait aller à l'encontre des quotas, la bienveillance ne se discute pas. D'ailleurs on n'a pas intérêt non plus à « mégenrer » une personne trans, sous peine d'être repris pour « propos haineux ».

Durant le « pride month » ou « mois des fiertés », des mails et rappels quotidiens sont envoyés aux employés pour les « convier » aux conférences de la semaine « diversité et inclusion ». « La participation n'est pas obligatoire, mais les rappels sont tellement nombreux et insistants qu'il est impossible de les ignorer ». Ces conférences sont animées par des membres d'associations telles que Le Refuge (drôle d'idée d'inviter une association mouillée dans des affaires de moeurs, pour faire oublier les siennes). À cette occasion, les employés sont notamment invités à ne surtout pas importuner les personnes LGBTQIA+ avec leurs interrogations, et à se renseigner eux-mêmes sur les questions de genre. La théorie du genre est elle-même indiscutable, sous peine de voir son évaluation revue à la baisse.

Ubisoft mécénat
Invitation envoyée aux employés
[...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest