Skip to content

Yves-Marie Adeline, homme-orchestre

On ne sait pas si c’est un musicien qui se découvre romancier, un historien qui aime faire de la poésie, un philosophe qui touche un peu à la musique, ou un politique contrarié. Si on multiplie entre elles chacune de ces occurrences, on obtient une grosse vingtaine de combinaisons possibles. Un minimum pour quantifier la prodigalité productive d’Yves-Marie Adeline.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
©Benjamin_de_Diesbach
Lui-même reconnaît volontiers qu’il ne saurait absolument pas se définir, ni hiérarchiser un minimum ses activités : « Peut-être polyvalent », tente-t-il, avec une moue mi-désabusée mi-rieuse qui dément la moindre tentative d’effort et la moindre once d’investissement mental pour se trouver un qualificatif. Cette profusion d’activités est l’assurance d’intéresser rapidement l’interlocuteur, mais aussi celle de n’avoir jamais qu’une partie de son attention. « En France, si vous pratiquez plusieurs activités, vous n’êtes jamais pris au sérieux. Quoi que vous fassiez, vous êtes considéré comme un amateur et votre œuvre est appréhendée comme le travail d’un amateur », regrette-t-il.
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This