Skip to content

Zemmour vs Le Pen ? Faites vos jeux !

L’hypothèse Zemmour à la présidentielle ne cesse d’enfler. Alors que Marine Le Pen normalise son discours, il aurait le mérite de réaffirmer l’identité judéo-chrétienne de la France, et de parler à la bourgeoisie traditionnelle de droite.

Partage

© Valentin Deniau pour L'Incorrect.

Depuis plusieurs semaines, la sphère médiatique et politique évoque avec insistance la candidature possible de l’essayiste à succès Éric Zemmour à la prochaine élection présidentielle, conformément, d’ailleurs à ce que Geoffroy Lejeune imaginait en 2015 dans son roman de politique fiction Une élection ordinaire. Dans le même temps, Médiapart ne désespère pas de pouvoir déclencher une campagne de presse contre l’ancienne plume du Quotidien de Paris en accusant l’auteur du Premier sexe d’avoir « agressé sexuellement » des dames, dont une attachée de presse en 2018. Évidemment, dans nos contrées anglo-saxonnisées, les prétendues ambitions du polémiste font de lui une cible – sans présager du fond, nul n’ayant le droit de bouleverser l’ordre établi sans risquer de se faire attaquer sur deux volets possibles : l’argent ou le sexe, voire les deux à la fois. En attendant, l’idée d’une candidature fait progressivement son chemin : sa présence, sous forme de carte postale, au rassemblement des policiers, le 19 mai ; le lancement de la chaîne YouTube « Les amis Éric Zemmour » ; enfin, l’aveu même d’une réflexion à ce sujet de la part de l’intéressé durant le long entretien accordé, le 6 juin, à Livre Noir, un Thinkerview de droite conservatrice. Un passage, donc, possible de l’observation à l’action.

De fait, Marine Le Pen et son Rassemblement national ont de quoi s’inquiéter, d’autant plus qu’elle et Zemmour se connaissent très bien, celui-ci ayant beaucoup fréquenté le père de Madame, Jean-Marie Le Pen, conformément à la pure tradition du « journalisme de salon ». L’éditorialiste du Figaro est donc à même de percevoir clairement les points forts ainsi que les points faibles de la patronne du RN. De plus, il n’avait pas manqué, en son temps, de louer le travail de l’énarque Florian Philippot au sein du feu Front national : de 2011 à 2017, il s'agissait de professionnaliser le parti dont la renommée reposait sur la figure emblématique de Jean-Marie, tribun hors pair et adepte de l'outrance.

Lire aussi : Présidentielle : Zemmour confirme l’hypothèse de sa candidature

Conséquence : de « dédiabolisation » en « normalisation », Marine Le Pen a dépassé le clivage gauche-droite (sans distinguer deux gauches, sociale et sociétale, et deux droites, nationale et libérale), tout en passant, progressivement, du souverainisme tonitruant à l'européisme latent, sous l’influence, entre autres, de son beau-frère et ancien mégrétiste Philippe Olivier. En revanche, Zemmour devrait perpétuer la ligne souverainiste, étant soutenu par Philippe de Villiers, lui qui se joignit à Séguin et Pasqua, en 1992, contre la ratification du Traité de Maastricht.

À l’évidence, il y a des différences de style et de méthode : des habiles éléments de langage et beaucoup de jeunesse chez Marine Le Pen, contre un large réseau parmi les politiques chez Zemmour, de Védrine à Cambadélis en passant par Chevènement, personnalités avec lesquelles il discute régulièrement sur les plateaux de télévision comme en dehors. Bien que juif d’Algérie, l’auteur de Mélancolie française a courageusement avancé, depuis 2002, des idées tant barrésiennes que maurassiennes, parvenant ainsi à séduire profondément dans le camp national. Il y a un monde entre ces deux candidatures : la science de la communication d’un côté contre l’art du politique de l’autre, en l’occurrence celui qui avait cours au XIXème siècle, l’art de mettre en scène le souffle littéraire qui fait l’esprit français.

Il y a un monde entre ces deux candidatures : la science de la communication d’un côté contre l’art du politique de l’autre, en l’occurrence celui qui avait cours au XIXème siècle, l’art de mettre en scène le souffle littéraire qui fait l’esprit français.

Pire encore : l’actuelle direction du RN ne semble plus vouloir défendre explicitement l’identité française, finissant par contredire la ligne idéologique de la présidentielle de 2012, lorsqu’il fallait reprendre des électeurs à Nicolas Sarkozy. Car Marine Le Pen veut essentiellement faire dans le pragmatisme. Ou, plus sociologiquement, rien ne serait-il plus fort que l'inconscient collectif, là où la politique n’est plus que culture de l'image ? In fine, quelques particules élémentaires d’un certain européisme pourraient-elles donner du crédit à sept millions d'électeurs potentiels ? Dans tous les cas, si l’on écoute attentivement les propos de l’une comme de l’autre, les méthodes de Marine Le Pen et de Zemmour devraient différer également au niveau géopolitique : beaucoup plus de diplomatie chez la première, davantage de coups de force chez le second. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest