Skip to content

L’Action française n’a jamais cautionné le terrorisme !

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

 [qodef_dropcaps type= »normal » color= »red » background_color= » »]c[/qodef_dropcaps]e jeudi 19 octobre, Europe 1, dans sa matinale, a franchi la ligne rouge qui sépare l’information, même orientée, de la diffamation en demandant : « Qu’est-ce que l’Action française, le groupuscule d’extrême droite qui fomentait un attentat contre Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner ? »  Accusation pour laquelle l’Action française a porté plainte. 

 

 
Que notre progression ne plaise pas à tout le monde, nous nous en doutions. Mais qu’on se croie pour autant autorisé à asséner les mensonges les plus abjects relève de la pratique de caniveau dont un grand média d’information privé devrait se garder s’il veut garder, sinon son honneur, du moins sa crédibilité, et donc ses ressources publicitaires. Manifestement, la déontologie journalistique n’étouffe ni Céline Kallmann ni Nathalie Chevance. Profitant de l’arrestation, mardi 17 octobre, de quelques pieds-nickelés réputés d’ultra-droite à la suite de celle de Logan Nisin, en juin dernier, qui, en errance idéologique, et après de multiples autres tentatives de militantisme politique, avait eu l’idée malencontreuse de fréquenter les royalistes de l’AF Provence, où, pour reprendre les mots de l’article d’Elise Vincent, paru le 18 octobre dans Le Monde, il « trouve refuge » pour quelques mois, elles se sont livrées à un exercice particulièrement nauséabond de désinformation, quand leur consœur du Monde — mais font-elles vraiment le même métier ? —, elle, a enquêté. 

 

Lire l’article de L’Incorrect sur l’affaire Logan

 

 
Le reportage de Nathalie Chevance, censé reposer sur des témoignages de « riverains » — qui n’oseraient pas les présenter sous serment devant un tribunal —, est à ce point mensonger qu’il en deviendrait risible s’il n’oubliait pas l’essentiel : à savoir que ce sont nos militants qui, à Marseille, mais aussi à Lyon ou à Paris, partout où l’AF progresse de façon visible, se font régulièrement agresser. A Marseille, notamment, pour leur simple présence rue Navarin, et par des « antifas » dont le seul moyen d’expression, voire la seule raison d’être, est l’action violente. Jusqu’à l’explosion, cet été, d’une bombe artisanale devant nos locaux, qui aurait pu tuer. Mais à la matinale d’Europe 1, on a sans doute les oreilles trop mélomanes pour en avoir entendu le bruit.
 
Maurras disait mettre « la violence au service de la raison ». C’est pourquoi, en plus d’un siècle d’existence, l’Action française se flatte de n’avoir aucun mort sur la conscience. La violence pour la violence, le terrorisme n’ont jamais pas partie de son ADN. On ne peut pas en dire autant de ses adversaires politiques qui, eux, n’hésitèrent pas, à de nombreuses reprises, à faire couler le sang des camelots du Roi et des ligueurs d’AF. Et pourtant, celle-ci s’interdit toujours de les venger. Comment prendrait-elle l’initiative, alors même que tuer des compatriotes est insupportable aux yeux de ceux qui définissent la nation comme une amitié ? Comme le rappela un jour Pierre Boutang, le successeur de Maurras : « La haine n’est pas notre fait, à nous, gens de village et de paroisse ; la sagesse ancienne qui veut qu’on ne haïsse jamais qu’en sachant que l’homme haï pourra demain être un ami, nous l’avons dans notre héritage. En l’amitié, nous voyons même le moteur quasi divin de notre nationalisme, et l’image terrestre des hommes réunis en la cité de Dieu. »
 
La haine n’a jamais été de notre côté. Europe 1 ne peut pas en dire autant.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest