Skip to content

Albert Uderzo, la gloire difficile

Une belle exposition au Musée Maillol rend justice à Albert Uderzo, dessinateur véritablement prodigieux mais pas encore apprécié à la mesure de son génie graphique.

Partage

© Jean Nichola – Musée Maillol

Uderzo, dessinateur surdoué, n'est pas un créateur complet, comme Hergé, Chris Ware, Hugo Pratt, Greg ou Mandryka. Ou plutôt, une fois rencontrés Charlier et Goscinny, scénaristes eux aussi surdoués, il leur a abandonné l'histoire et les dialogues. Partage des tâches ingrat, du moins en France, nation intelligente : le dessinateur, quel que soit son talent, ne ferait qu'illustrer une situation et des personnages, il serait dépourvu de la part véritablement créatrice, l'invention. Les quelques indigents albums d'Astérix où Uderzo s'est risqué à signer seul le scénario tendraient, hélas, à confirmer ce jugement. 

D’une part, c’est oublier que le dessinateur incarne l’idée. Tanguy et Laverdure dessinés par Jijé ne sont pas les mêmes personnages que ceux dessinés par Uderzo, pas plus que le Spirou de Franquin, sur un scénario de Greg, n'est celui de Fournier ; d'autre part, l'exposition en cours au Musée Maillol révèle les débuts d'Uderzo, encore adolescent, inventant des personnages comme « Zidore, l'homme macaque » ou Clopinard, un étonnant ancien grognard de Napoléon, gnome à la jambe de bois truquée, écrivant des scénarios et, homme-orchestre, exécutant l'intégralité des planches, dessin, encrage et lettrage, avec une science très sûre des effets narratifs. Un dessinateur de talent exécute un scénario comme un musicien exécute une partition ou un peintre s'empare du sujet donné par le commanditaire.

Lire aussi : Chris Ware est-il un génie de la BD ?

Avec Uderzo, Charlier et Goscinny ont trouvé moins un exécutant qu’un co-créateur, déversant avec une folle prodigalité les trésors de son habileté dans la moindre case de l'histoire en cours, comme celle de l'aviateur Guillaumet publiée dans Pistolin : la planche originale, en grand format, laisse voir ce que la réduction au format du magazine et la mise en couleurs, atroce, avaient recouvert : le talent d'un graveur romantique rendant avec minutie et clarté le grand mouvement du vent et de la neige. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest