Skip to content

Alexandre Del Valle : « Erdogan souhaite rétablir le califat en 2023 »

Le président turc a réalisé son "rêve d'enfance" de refaire de la basilique Sainte Sophie une mosquée. Cet événement consacré en grande pompe en présence d'Erdogan le 2' juillet dernier par une prière islamique solennelle dans l'enceinte de Sainte Sophie, a été un tollé diplomatique, en particulier en Russie. Que signifie ce geste très symbolique ? Éclairage par Alexandre del Valle, géopolitologue spécialiste de la Turquie, qui alerte sur le projet de Recep Tayyip Erdogan depuis son arrivée au pouvoir en 2002. Propos recueillis par Louis Lecomte et Guillaume Duprat.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Louis Lecomte

Le conseil d'État turc a annulé le 9 juillet la décision du 27 Novembre 1934 visant à transformer la basilique Sainte Sophie en musée. Est-ce avant tout une provocation de la Turquie vis-à-vis de l’Europe et à ses racines Chrétiennes ?

Plus que de provoquer l’Europe chrétienne, je pense que ce n’est pas ce qui est premier ? Comme nous ne cultivons plus notre identité en Europe, et discrédité tout phénomène identitaire, d’ailleurs le terme « identitaire » est devenu synonyme de facho en Europe, on a du mal à comprendre. Mais dans le reste du monde, en Russie, en Turquie ou ailleurs, l’identité et la fierté identitaire sont fondamentales. Donc pour une fois je ne vais accabler les Turcs. Bien que je pense que c’est horrible cette transformation de Sainte Sophie parce que c’est un joyaux de la Chrétienté romaine. On oublie que Byzance c’était l’Empire romain d’orient, soit notre civilisation. On a souvent oublié l’orient romain.

Recep Tayyip Erdo?an fait surtout ça pour plaire à son électorat. Comme Doland Trump, comme Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdo?an est un leader du nouveau monde multipolaire qui veut être maître de sa zone. En l’occurrence, il souhaite rétablir sa zone d’influence au nom d’un néo-otomanisme, et il veut faire cesser l’acculturation. Malheureusement, il n’a pas tort d’un point de vue historique : lorsque la Turquie est devenue laïque sous Attatürk (que j’aime bien par ailleurs, il faut reconnaître si l’on est honnête qu’il a surtout importé en Turquie des valeurs occidentales : la Révolution française, un peu du fascisme, les valeurs de la République française, de la maçonnerie du Grand orient, en gros des valeurs laïques. Lorsqu’Attatürk, éduqué à l’européenne, transforme sainte Sophie en musée, il n’a pas transformé une cathédrale ou une basilique chrétienne en musée : il a transformé une ancienne une ancienne basilique chrétienne devenue depuis longtemps une mosquée. Pour l’électeur de base, sans moralisme stupide, ce n’est pas une ancienne basilique chrétienne : c’est une ancienne mosquée ayant été avant une basilique, qu’un ennemi intérieur de l’islam a transformé en musée parce qu’il était athée. Pour la rue turque, c’est un retour à l’islamité d’un monument sécularisé.

La suite est réservée aux abonnée. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This