Skip to content

Attention, Zemmour méchant

« Marine Le Pen dévisse, Zemmour se hisse », a titré Libé alors que l’une venait de passer sous les 20 %, l’autre de franchir les 10 %. Nul ne peut prédire l’évolution, mais, à la lepénisation des esprits, a fait place leur zemmourisation. Que se passe-t-il donc en ce début de campagne présidentielle ?

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

Alain Duhamel, à qui l’on faisait valoir qu’Éric Zemmour ne faisait rien d’autre que du Marine Le Pen, a fait la moue qu’il a l’habitude de mimer lorsqu’il est en désaccord avec son interlocuteur, puis a lâché : « Si vous voulez, mais en plus intelligent et en plus cultivé alors ». On peut reprocher beaucoup de choses au journaliste qui a couvert tous les scrutins présidentiels depuis 1965, mais pas, à 80 ans passés, d’avoir perdu de son acuité, ni de sa férocité.

Lire aussi : Éditorial de Jacques de Guillebon : À Éric Zemmour

Le propos valait à la fois reconnaissance des qualités intellectuelles d’Éric Zemmour, auquel il accorde également le mérite d’élever le débat politique au niveau auquel il devrait toujours se situer, et mépris pour la présidente du Rassemblement national, qui ne parvient décidément pas à se faire reconnaître pour ses qualités propres, qui sont pourtant grandes. Comme si sa combativité, son aptitude à apprendre, et vite, sa capacité à rebondir ou sa force de travail ne suffiraient jamais à compenser son péché originel, qui n’est d’ailleurs que la faute de son père : n’avoir pas reçu, dès son plus jeune âge et avant son entrée en politique, le bagage intellectuel qui sied pour être admis dans la cour des grands, ceux que l’on écoute, quoi qu’on en pense par ailleurs, lorsqu’ils disent vouloir accéder à l’Élysée.

Mieux qu’un programme, un projet

Quand Marine Le Pen parle, Alain Duhamel ne l’écoute plus. Beaucoup de Français non plus, même si cela ne les empêchera pas, peut-être, de voter pour elle en avril prochain. Quand Éric Zemmour parle, Alain Duhamel, qui ne partage pas plus ses idées, tend l’oreille, comme l’ont fait 3,8 millions de Français le 23 septembre lors de son débat avec Jean-Luc Mélenchon sur BFM, réalisant la prouesse de faire quasiment jeu égal avec TF1, alors que, à la même heure, Valérie Pécresse, invitée d’Élysée 2022, la nouvelle émission politique de France 2 présentée par Léa Salamé, ne réunissait qu’un million de téléspectateurs ! [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest