Skip to content

Couvrez ce feu que je ne saurais voir !

Le couvre-feu ressemble à une opération de brassage d'air, de la part d'un exécutif à court de solutions concrètes pour manoeuvrer la France dans la tempête du COVID. La raisons sanitaire devient un prétexte politique pour ne plus parler d'aucun autre sujet.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© L'excellent Romée de Saint-Céran pour L'Incorrect

Tout le champ lexical guerrier va donc y passer. Voici désormais qu’un couvre-feu nous est imposé pour empêcher Covid 19 de circuler, et les hôpitaux sous-dimensionnés de notre pays riche d’être débordés. Le 16 mars, dans un comique de répétition hérité de Hollande, Emmanuel Macron nous avait bien dit que nous étions en guerre. Après, on a eu droit à l’état d’urgence, aux hôpitaux de campagne et maintenant le couvre-feu. L’objectif est très clair et tout le monde soudé dans la peur y adhère : éviter la mort anticipée de quelques boomers. Et pour ce faire, le libéral-libertaire Macron se fait socialiste et nous déclare que la fin justifie les moyens.

On peut renoncer à la liberté par fraternité avec nos aînés, pour que leur espérance de vie ne soit pas diminuée de deux mois. On peut, pour ce faire, gâcher l’âge des possibles d’une génération. C’est fait. Il aura suffi de transformer une crise sanitaire en fiction de guerre, un virus à la létalité maximum de 0,7% en ennemi de notre civilisation. La fiction marche puisque ce sont les mesures mêmes, mises en place pour combattre le virus, qui mettent notre civilisation par terre.

Lire aussi : Philippe Forget : « La parole présidentielle ose blesser les masses » [...]

La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This