Skip to content

David Antonelli : « Le mouvement woke est véritablement l’antithèse absolue de la Torah »

David Antonelli est né en Corse en 1981. Corse et catholique traditionaliste, il se passionne pour la géopolitique d’Israël et la théologie. Un parcours qui le mènera à découvrir la Torah. Après des années d’études à la Yechiva Etz Haïm, il se convertit au judaïsme et s’installe en Israël, à Netaya. Il est désormais chroniqueur pour I24News, et enseigne la théologie. Il est également Président de l’association Corse-Israël.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Durant votre jeunesse, vous militiez dans le mouvement nationaliste corse. Pourtant on comprend que ce nest pas du nationalisme corse que vous vous êtes détourné, mais des responsables politiques qui lincarnaient, et de leur ligne idéologique de gauche multiculturelle.

C’est exactement cela. Pour moi, servir la cause nationale impliquait un nationalisme authentique, c’est-à-dire permettre à un peuple libre de demeurer ce qu’il est sur sa terre. L’idée donc qu’il était nécessaire de s’émanciper de la France, car ce pays promeut et soutient ardemment le globalisme. Chose que j’ai très tôt analysée comme funeste pour l’identité et l’âme du peuple corse. Ce globalisme aboutira d’ailleurs à la dissolution du peuple Français lui-même si ce dernier persévère à ne pas vouloir réagir et à se bercer du « vivre ensemble » et d’autres concepts que le réel dément au quotidien. Par ailleurs, la France désire et encourage toujours plus une immigration de masse non-européenne, islamique notamment. Le danger pour le peuple corse était et reste celui-là : devenir minoritaire sur la terre qui est la sienne depuis des temps immémoriaux. Or je me suis progressivement aperçu que les dirigeants politiques « nationalistes », certes s’opposent à la France, mais uniquement dans le but d’obtenir des avancées institutionnelles, mais que pour le reste, ils partagent exactement les mêmes valeurs que les élites politiques françaises globalistes et progressistes, et souhaitent d’ailleurs promouvoir les mêmes politiques, à l’opposé de ce que désire la grande majorité du peuple corse. Pour vivre, la cause nationale devra se détourner totalement de ces gens-là, car la « communauté de destin » implique qu’il suffit d’arriver en Corse pour être corse.

Lire aussi : Persécution des chrétiens : et ils se taisent !

LEurope de lOuest est en train de changer. Les idées du mouvement woke, de la cancel culture sont en train de gagner les esprits. Quel est votre sentiment face à ce phénomène ? Israël est-il épargné par cela ?

C’est la même problématique. Ce mouvement ambitionne, à un niveau mondial, de détruire identités, peuples et même civilisations afin qu’advienne une société de « citoyens du monde » réputés être de partout, mais qui, en réalité, sont de nulle part. Face à cela, malgré le risque qui existe aussi en Israël même, comme partout ailleurs, je suis serein, car Israël est le peuple témoin qui a traversé des millénaires et qui a toujours su s’émanciper de toutes ces fausses idéologies afin de se perpétuer en respectant les lois sacrées, don de Dieu, qui permettent l’équilibre du monde. La Torah, qui est une prophétie venant de l’infini,  est profondément identitaire. Elle commande au peuple juif de préserver son identité, ainsi que l’identité des Nations. C’est la cause de l’intervention divine après le déluge qui a dispersé les peuples, avec l’épisode de la tour de Babel. L’Éternel refusait un univers où tous parlaient la même langue, et où les identités disparaissaient. Le symbole du monde qui n’a pas été détruit par le déluge est précisément un arc-en-ciel. Les différentes couleurs se côtoient, sont solidaires, mais ne se mélangent pas car dans ce cas elles disparaitraient et l’équilibre serait rompu. Chacune de ces couleurs  doivent exister, être respectées et se transmettre. Israël, par le message divin qu’il a reçu, est le garant de cette force-là. Raison pour laquelle, il est puissamment attaqué depuis toujours. Le mouvement woke est véritablement l’antithèse absolue de la Torah. On aboutit à la disparition de la famille traditionnelle, des identités, et à un homme qui ne sert plus les lois supérieures qui imposent des devoirs, mais se sert lui-même. Tout cela donne une illusion de liberté – rappelons-nous le fameux « il est interdit d’interdire ». Or, quand on se soustrait au joug divin –aux lois et devoirs qu’il impose– à l’appel d’idéologies macabres, on tombe sans le savoir sous un autre joug, lui destructeur, implacable et réellement tyrannique. Israël est en première ligne pour ce combat, les Nations devront faire le choix entre les véritables valeurs et le chaos que nous imposent ces idéologies.

Loin des idéologies de leurs dirigeants, les Corses sont nationalistes au sens vrai du terme.

Après votre conversion, votre intégration a-t-elle été rapide ? Quelles sont les principales différences entre la société israélienne et la société française ?

Je vais répondre à ces deux questions en une seule réponse. Mon intégration a été d’autant plus rapide dans la société israélienne que cette dernière est très éloignée des codes de la société urbaine française, en général, parisienne, en particulier, mais au contraire très proche de ce que sont les gens dans les villages de mon île, de notre manière de vivre en Corse. Par son caractère chaleureux et hospitalier, mais qui peut se muer en colère parfois instantanée si on essaie de le bousculer, jusqu’aux codes de conduite, en passant par des détails plus anodins comme la façon de s’interpeller dans la rue, le tempérament des Israéliens m’a immédiatement fait penser aux Corses dans le sens le plus authentique qui soit. Et, enfin, bien sûr, le nationalisme presque inné. Loin des idéologies de leurs dirigeants, les Corses sont nationalistes au sens vrai du terme, au sens le plus absolu qui soit, et ce, depuis toujours. Ils ont un rapport à leur île singulier qui va bien au-delà du patriotisme. Il en est de même en Israël.

Quel est laspect qui vous a le plus frappé dans le judaïsme ? On lit par exemple dans votre ouvrage que dans le judaïsme la vie des animaux, domestiques ou sauvages, jouit dune considération particulière.

La souffrance animale est considérée comme une transgression très grave des interdits de la Torah. Cette dernière impose par exemple que l’on doit nourrir ses bêtes avant soi si ces dernières sont dans le besoin. Tout comme dans l’abattage rituel, la mort est instantanée à l’inverse de l’abattage classique. Des études scientifiques l’ont montré. L’Éternel refuse que l’on tourmente ses créatures. Je vous donne un autre exemple, vous le savez, le respect du Shabbat est impérieux dans le judaïsme. Pourtant l’interdit de le rompre est levé pour porter assistance à un animal en danger. À la vérité, c’est une question d’harmonie dans la Création, car il en va du respect de la chaine qui débute du minéral et s’achève à la créature parlante, à savoir l’homme. Chaque degré a un rôle et une importance qui lui est propre.

Lire aussi : À la Réunion, des militants veulent déboulonner Mahé de la Bourdonnais

De par la place centrale qu’occupe la pratique du judaïsme,  Israël semble se préserver de la « déconstruction sociétale » voulue par le courant progressiste. Diriez-vous quIsraël est un modèle dune modernité conservatrice qui respecte, voire même protège la Tradition ?

Oui, absolument. C’est un nationalisme authentique. Cela est dû à la nature même de la Torah, et du message reçu par Abraham de Dieu, qui lui dit qu’il fera de lui une grande nation. Pour que les valeurs divines se dévoilent à travers le peuple d’Israël, il faut qu’il y ait un peuple, une nation, une identité. C’est la principale différence avec les autres religions, qui peuvent se lire de manière individuelle. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il n’est pas nécessaire de vivre sur une terre spécifique pour être chrétien ou musulman, dans le sens où l’on peut vivre sa croyance n’importe où. Alors que la révélation au peuple d’Israël s’est réalisée de manière collective, identitaire afin qu’elle soit vécue par un peuple sur sa terre. C’est l’idée originelle du nationalisme. Mais il est dit également dans la Torah que Israël servira de modèle aux autres nations afin qu’elles se détachent des fausses idéologies, nous en parlions précédemment, qui sont en train de détruire littéralement patries et civilisations.


Retour d’une étincelle perdue de David Antonelli
465 p., 26 €

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest