Skip to content

Enfants transgenrés : Jeux interdits

Les Pokémons et la corde à sauter deviennent ringards dans la cour d’école. Aujourd’hui pour être la star de la récré, il faut se bourrer d’hormones et changer sa coupe de cheveux.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Arte

Sur Netfix, entre le dessin animé « Pat’Pa- trouille » et la série « Te Big Bang Teory », on peut visionner le documentaire « Petite Fille » sur le jeune Sasha, huit ans. Sa particularité ? Derrière un visage d’ange et des cheveux de lin, se cacherait ce que les pédopsychiatres nomment la dysphorie de genre. Avec l’approbation de l’État, s’il vous plaît. Il deviendra Elle, comme beaucoup d’autres petits bambins ; à l’âge où on rêve d’être pirate, certains rêvent de devenir une fille.

Dans la même démarche, le petit Lysandre, 8 ans, s’appelle désormais Stella, selon son propre choix. Sous les regards satisfaits de sa maman célibataire, il (elle ?) récite les fiches que lui a concoctées sa sœur aînée à tous les micros qui se tendent. Et ils sont nombreux. Stella enchaîne les incontournables du petit écran : « Les maternelles », « Allô doc », « Envoyé spécial ».

Le phénomène tout droit venu des États-Unis s’insinue dans le domaine public par toute la jet-set hollywoodienne

Un effet de mode ?

Stella ex-Lysandre et Sasha sont loin d’être des cas isolés. Le phénomène tout droit venu des États-Unis s’insinue dans le domaine public par toute la jet-set hollywoodienne. Shiloh, la flle d’Angelina Jolie et Brad Pit, se prénomme désormais John. La fille adoptive de Charlize Teron, Jackson, s’est déclarée garçon à l’âge de trois ans. Idem pour Cynthia Nixon, la star de « Sex and the City », dont la petite fille Steph a reçu son diplôme de fin d’études en tant que Monsieur Steph. Tout un programme.

Rien de très probant cependant : la prise en charge médicale de la transition n’influe que très peu sur les taux de suicide astronomiques de la communauté trans (plus de dix fois celui de la population). Pour les médias extatiques, les coupables sont tout désignés : la stigmatisation par la société.

On ne compte plus les émissions vantant l’épanouissement supposé des petites têtes blondes trop jeunes pour avoir un tatouage ou une arme à feu, mais pleinement capable de décider de disposer d’un pénis ou d’un vagin

One two three…

 Ça n’allait pas assez vite au goût de nos grands prêtres en progrès. Les enfants, et de surcroît leurs parents (ou l’inverse), se montraient peu disposés à consommer des bloqueurs de puberté comme on engloutit des dragibus. Alors, il a fallu forcer un peu. Et quoi de mieux pour « éveiller » les consciences que des reportages larmoyants en prime time ?

On grimace devant la redondance, devant les bandes-son larmoyantes, et l’omniprésence de cette thématique. On penserait presque qu’on essaye de nous faire avaler quelque chose… Et ça passe mal.

Lire aussi : Enquête : La DILCRAH, ou comment lutter contre la haine se transforme en propagande LGBT

Féministes en berne

Il y a une émeute dans la cour de l’asile. Depuis le temps qu’on nous rebat les oreilles avec le fait que les garçons et les filles, c’est pareil, que les jupes ne sont pas réservées à ces dames, ni le foot à ces messieurs, ça serait dommage que les trans viennent mettre à mal toute cette jolie propagande car la transition a des allures purement cosmétiques, d’autant plus pour ces charmants bambins.

À 40 ans, opérer une transition implique de la chirurgie, beaucoup de plastique et de cachetons antihistaminiques pour éviter le rejet de la peau de poisson qui tient lieu de vagin, ou de la pompe mécanique qui tient lieu de pénis.

À huit ans, devenir une « fille » quand on est un garçon ressemble beaucoup à se déguiser en princesse – comme le dit la petite Stella ex-Lysandre – à grands coups de robe rose et de vernis à ongles. Rien qui soit très « progrès-compatible ». Le serpent se mord la queue. Doit-on soutenir les féministes qui revendiquent leur place et leur diversité dans la société, où les trans qui pré- tendent qu’un garçon aimant Elsa la reine des neiges est vraiment une fille ?

On bloque la puberté, on « rectifie » ce que la nature aurait « mal » fait, et on demande à être accepté par la société dans son ensemble

Oups, j’ai changé

D’autant qu’on entend de plus en plus, mais toujours en catimini, les timides voix des trans regrettant les mutilations subies. Des jeunes comme Clara témoignent à visage caché sur Radio Canada. Elle n’est pas une « fille-fille » selon ses mots, mais la pression sociale la poussait à entamer une transition du genre. Celle que l’on aurait appelée « garçon manqué » il y a quelques années a été prise en charge par le milieu LGBT. Une machine à compliments qui s’est bien tenue de lui présenter les petites lignes en bas du contrat[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest